08-04-2011

Le Journal du Débat : Décodeur bioéthique 8 avril 2011 – n°8

Alliance VITA : le nouveau nom de l’Alliance pour les Droits de la Vie

 

L’actualité du débat bioéthique vue par l’Alliance pour les Droits de la Vie

 

L’événement

 

L’embryon humain livré à la recherche

En adoptant la levée de l’interdiction de la recherche sur l’embryon contre l’avis du gouvernement, le sénat a décidé de le livrer à la recherche. S’en prendre à ce dernier symbole de la protection du plus faible est une atteinte majeure aux Droits de l’Homme.

 

Lire ici notre communiqué

 

La citation

 

Catherine Tasca (PS), à propos de la gestation pour autrui :

« Nous devons résister à cette pente qui consiste à dire puisque que cela existe il faut que ce soit légalisé ».

 

 

Le chiffre

 

149 191 embryons sont conservés congelés dont 34% sans projet parental. C’est à leur propos que le régime d’interdiction de la recherche sur l’embryon a été rejeté par 187 voix contre 142.

 

Le résumé des débats au Sénat

 

Deux mesures adoptées conduisent à de graves basculements éthiques :

 

• Ouverture de l’Assistance médicale à la procréation à tous types de couples y compris les femmes homosexuelles. Cette mesure est intervenue après l’étude de plusieurs amendements prévoyant de rétablir des critères de stabilité pour les couples ayant recours à l’AMP. Votée à une courte majorité, cette disposition, si elle était maintenue, constituerait un changement majeur du droit de la famille et de la filiation.

 

• Levée de l’interdiction de recherche sur l’embryon contre l’avis du gouvernement et malgré l’opposition de certains sénateurs NC et UMP qui ont fait valoir la nécessité de protéger l’embryon et ont obtenu que « la création d’embryons transgéniques ou chimériques » soit interdite.

 

Autres dispositions adoptées : contrairement à ce qui avait été voté par les députés, les donneurs de gamète doivent avoir déjà procréé. Le transfert d’embryons post mortem demeure interdit.

 

Après un long débat, l’interdiction de la gestation pour autrui est maintenue. De même, les amendements visant à permettre l’inscription à l’état-civil d’enfants nés de mères porteuses à l’étranger ont été rejetés.

 

Lire ici notre communiqué de synthèse des débats

 

Notre coup de cœur

 

Marie-Thérèse Hermange, sénatrice UMP de Paris, a adopté un ton, une expertise et des arguments qui forcent l’admiration. Saluée pour sa cohérence par plusieurs de ses adversaires, elle a affirmé à l’issue du vote « J’ai une autre éthique de la vie. »

 

Notre coup de gueule

 

Infertilité sociale

C’est au nom d’une infertilité qualifiée de « sociale » que le sénat a modifié les conditions d’accès à l’Assistance médicale à la procréation en l’ouvrant aux femmes homosexuelles. Jusque à présent, elle était réservée à un couple, composé d’un homme et d’une femme, souffrant d’une infertilité médicale. Comment accepter que la société finance les conception d’enfants délibérément privés de père ? Cette mesure constitue une atteinte majeure aux droits de l’enfant.