17-10-2011

L’euthanasie en Belgique : synthèse des dérives

 

• La loi qui a dépénalisé l’euthanasie sous certaines conditions a été votée en 2002.

• Le nombre d’euthanasies officiellement recensées est passé de 235 en 2003 à 822 en 2009, soit une

augmentation de 250 % en cinq ans.

• Une étude publiée en février 2009 dans la revue médicale American Journal of Critical Care révèle

que des médecins et des infirmières ont eu recours à l’euthanasie pour 25 enfants alors que cette

pratique est interdite pour les mineurs.

• Dès 2007, plusieurs cas d’euthanasie de patients souffrant de dépression ont été dénoncés par

une association spécialisée dans ce domaine (« Netwerk Depressie Vlaanderen »), qui rappelle que

la dépression ne peut être considérée comme une maladie incurable.

• Une étude parue en 2010 dans le British Médical Journal révèle que près de la moitié des

euthanasies pratiquées en Flandre en 2007 n’auraient pas été déclarées à la Commission fédérale

de contrôle.

• Une autre étude parue en 2009 dans la revue Issues in Law and Medecine souligne plusieurs

dysfonctionnements : dans certains cas le second médecin, qui doit examiner le patient pour

confirmer ou non que les conditions sont remplies, rend en réalité son avis par téléphone, sans

avoir rencontré la personne. Il révèle aussi que le fait que les ventes de « kits euthanasie » en

pharmacie ne font l’objet d’aucun contrôle.

• Des extensions sont encore envisagées : une nouvelle proposition de loi a été déposée en

septembre 2010, pour autoriser l’accès de l’euthanasie aux mineurs.