17-10-2011

Le suicide assisté en Suisse : synthèse des dérives

 

• L’article 115 du code pénal autorise l’assistance au suicide, médicale ou non, en l’absence de
mobile « égoïste ».
• En 2009, le département fédéral de justice et police rendait un rapport qui s’inquiétait des
évolutions de la pratique des organisations d’assistance au suicide : 272 cas en 2003 et environ 400
cas en 2007, soit une augmentation de 47% en quatre ans. Le rapport alerte en outre sur les
conditions financières du suicide assisté (6000 euros en moyenne par personne).
• Des scandales ont éclaté avec l’euthanasie de personnes dépressives ou que l’on pouvait guérir.
Une étude parue dans le Journal of Medical Ethics en 2008 révèle que 34% des personnes qui
avaient eu recours au suicide assisté, dont des jeunes de moins de 30 ans, par l’intermédiaire d’une
de ces associations, ne souffraient pas d’une maladie mortelle.
• La découverte en avril 2010 de dizaines d’urnes funéraires déposées par une association dans le
lac de Zürich a alerté les pouvoirs publics.
• Devant ces dérives, les responsables politiques étudient la révision de la législation.