10-11-2011

Femmes, violence et grossesse

Le 5 novembre 2011, des milliers de personnes défilaient à Paris contre les violences faites aux femmes. Cette manifestation venait rappeler la nécessité d’aller encore plus loin pour les protéger des violences sexistes et conjugales. Au moment où je croisais le défilé près de la Place Saint Sulpice, les manifestants rythmaient leur marche du slogan : « quand une femme dit non, c’est non ». Le même jour, le chanteur de raï algérien Cheb Mami donnait un concert au Zenith après sa sortie de prison le 23 mars dernier. Condamné à 5 ans d’emprisonnement en juillet 2009 par le tribunal de Bobigny pour tentative d’avortement forcé sur sa compagne, il est en liberté conditionnelle moins de deux ans après.…

Sa compagne avait dit pourtant dit non …. L’Agence France Presse rappelle les circonstances de l’agression de cette photographe de presse de 43 ans, dans une dépêche datée du même jour : « Elle a raconté avoir été amenée de force en août 2005 dans une villa à Alger après avoir annoncé sa grossesse au chanteur, qui y était opposé. Elle a dit y avoir été droguée et séquestrée, affirmant que deux femmes et un homme ont tenté de lui faire un curetage. Elle a finalement donné naissance à une fille. » Cette petite fille a aujourd’hui 4 ans. Son père ne l’a jamais vue.

Quelques jours avant ce concert du 5 novembre, on peut lire sur Internet que Cheb Mami espérait avoir l’indulgence du public français. Avec plus de 3000 billets vendus, il ne semble pas lui en vouloir. Les femmes qui défilaient n’étaient peut-être pas au courant. Aucune réaction significative n’a émergé dans la presse française.

« Toute violence faite aux femmes est inacceptable »

Réaction diamétralement opposée au Québec. Un concert prévu pour ce mois de novembre dans le cadre du festival du monde arabe de Montréal a été annulé dès le mois d’août. Face aux critères artistiques revendiqués par la direction du festival qui faisait valoir que Cheb Mami avait une « belle voix », ce sont les critères éthiques qui l’ont emporté. « Toute violence faite aux femmes est inacceptable » affirmait Christine Saint-Pierre, ministre de la Culture et de la Condition féminine du Québec. Au Canada, l’opinion publique est plus sensible à la cause des femmes comme d’ailleurs à la non-violence.

En 2010, la France a voté une loi relative aux violences faites spécifiquement aux femmes, aux violences au sein des couples et à leurs incidences sur les enfants. Il reste du chemin à faire pour que les mentalités évoluent et que les comportements changent.

L’agression de Cheb Mami sur sa compagne est le reflet extrême d’un nouveau type de violence qui se développe depuis quelques années : la violence subie par les femmes en raison de leur grossesse. Elle est rarement physique mais celle qui relève du harcèlement moral est fréquente. Il suffit d’écouter le témoignage des femmes dont le compagnon demande l’avortement.

La France vient d’instituer le25 novembre comme journée nationale de sensibilisation aux violences faites aux femmes. Toutes les formes de violence doivent être prises en compte.

Laisser un commentaire