14-11-2011

IVG : la plaquette pour hommes

L’association nationale des centres d’IVG et de contraception (ANCIC) lance une brochure originale destinée à interpeller les hommes sur l’avortement, selon Libération du 14 novembre 2011 qui publie plusieurs témoignages masculins (IVG : des couples en mâle de soutien).

Si l’ANCIC estime toujours que c’est à la femme de « disposer de son corps », elle reconnaît que l’IVG est aussi « une affaire d’hommes ». L’objectif avoué de la campagne est de « responsabiliser les hommes sur la contraception », sans remettre en cause l’IVG, mais avec des analyses inédites.

L’ANCIC constate en effet que beaucoup d’hommes font reposer sur leur compagne la responsabilité de la survenue d’une grossesse imprévue en la culpabilisant lorsque survient un « accident de contraception ». On sait depuis l’étude de l’inspection générale des affaires sociales (IGAS) publiée en février 2010 que 72% des Françaises qui ont recours à une IVG utilisaient une méthode de contraception réputée fiable lorsque leur grossesse s’est déclarée.

L’ANCIC, qui a réalisé la même année sa propre enquête sur l’IVG auprès d’hommes, estime que la moitié reconnaît souffrir de l’avortement, alors que beaucoup refusent carrément d’en parler. Et de conclure que, pour la plupart des hommes, l’avortement n’a rien d’anodin et qu’il a parfois des conséquences irrémédiables sur les couples.

Ce tabou est donc levé.