17-02-2012

François Hollande et l’euthanasie : VITA appelle à la clarification

Communiqué de presse

Paris le 17 février 2012

Alliance VITA réagit aux déclarations de François Hollande au magazine Marianne 2 ce 17 février 2012. Dans cette interview, le candidat socialiste ne serait « pas favorable à l’euthanasie » (Voir note 1). Une telle posture ne peut qu’entretenir le flou, puisque la mesure 21 du même candidat, publiée le 25 janvier 2012 (Voir note 2), comporte bel et bien le projet d’une légalisation de l’euthanasie. De plus, une proposition socialiste pour légaliser l’euthanasie vient à nouveau d’être déposée au Sénat (Voir note 3).

Par ailleurs, la déclaration de François Hollande sur Marianne 2 assortit sa posture « défavorable » d’une adhésion « dans quelques très rares cas » (Voir note 1). « Or, comme pour la peine de mort, l’interdit du meurtre perd tout son sens à partir du moment où il connait certaines exceptions. C’est en effet toujours par de prétendues exceptions qu’adviennent les plus graves transgressions, et, d’exception en exception, l’on glisse inéluctablement vers leur banalisation » explique Tugdual Derville, Délégué général d’Alliance VITA et auteur de La Bataille de l’euthanasie (Salvator, février 2012). « Lorsque François Hollande s’interroge : « A quel moment décider ou non d’arrêter les soins palliatifs, même si la souffrance, grâce à eux, est amoindrie ? », il révèle sa totale ignorance de ce que sont les soins palliatifs. »

C’est pourquoi le docteur Xavier Mirabel, président d’Alliance VITA et expert médical du site d’écoute SOS fin de vie, « demande solennellement au candidat socialiste de :

• clarifier son opposition à l’euthanasie ;

• se désolidariser de la proposition de loi du 31 janvier 2012 déposée par des sénateurs socialistes ;

• ne pas céder à la revendication de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité. Son président, Jean-Luc Romero, élu du Conseil régional d’Ile-de-France apparenté PS, s’était publiquement félicité de l’adhésion de François Hollande à l’euthanasie. »

 

Les citations :

 

1. Extrait de Marianne 2 – 17 février 2012 – ITV de François Hollande

http://www.marianne2.fr/Exclusif-Hollande-replique-a-Sarkozy-sur-les-valeurs_a215568.html

– L’euthanasie :

« Je n’y suis pas favorable »

« L’euthanasie, je n’y suis pas favorable. Je suis pour le droit de mourir dans la dignité. Aujourd’hui, il y a de 10 000 à 15 000 lits pour les soins palliatifs, il en faudrait le double. A quel moment décider ou non d’arrêter les soins palliatifs, même si la souffrance, grâce à eux, est amoindrie ? Il faut avoir une expression de la personne, de la famille, des médecins qui doivent être consultés, et à ce moment-là, dans quelques très rares cas, il s’agit de faire un acte de compassion qui va soulager non la famille, mais la personne. »

2. La proposition 21 du programme de François Hollande du 25 janvier 2012 :

« Je proposerai que toute personne majeure en phase avancée ou terminale d’une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander, dans des conditions précises et strictes, à bénéficier d’une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité. »

3. Proposition de Jean-Pierre Godefroy, sénateur PS

http://www.senat.fr/dossier-legislatif/ppl11-312.html

Texte n° 312 (2011-2012) de M. Jean-Pierre GODEFROY et plusieurs de ses collègues, déposé au Sénat le 31 janvier 2012

Extrait de la Proposition de loi

PROPOSITION DE LOI

Article 1er

L’article L. 1110-9 du code de la santé publique est complété par un alinéa ainsi rédigé :

« Toute personne capable majeure, en phase avancée ou terminale d’une affection accidentelle ou pathologique grave et incurable, lui infligeant une souffrance physique ou psychique qui ne peut être apaisée ou qu’elle juge insupportable, peut demander à bénéficier, dans les conditions prévues au présent titre, d’une assistance médicalisée permettant, par un acte délibéré, une mort rapide et sans douleur. »