24-01-2013

Débat mariage pour tous : Tugdual Derville face à Nicolas Gougain

Lundi 21 janvier 2013, Tugdual Derville, délégué général d’Alliance VITA, était invité à un débat à la Roche sur Yon, face à Nicolas Gougain, porte-parole de l’Inter-LGBT.

TV Vendée a interviewé les intervenants à la suite de cette conférence, organisée par le « Collectif citoyens pour l’égalité des droits 85 » :

Ouest France, dans son édition du mardi 22 janvier 2013, publie également un compte rendu des échanges, dont voici un extrait :

« Mariage homo : ils font le débat pour tous »

D’un côté, les défenseurs du mariage homosexuel, de l’autre, les adversaires au projet de loi. La confrontation menaçait d’être explosive. Elle a permis à chacun d’exposer ses arguments. Sans invective.

« Il faut être sourd et aveugle pour continuer d’affirmer qu’il n’existe pas de débat », souffle Nicolas Gougain, porte-parole de 65 associations homosexuelles (LGBT). Il est à peine 20 h et la salle des Oudairies affiche déjà complet. Plus de 400 personnes ont pris possession des chaises, garni les travées. « On ferme les portes », annonce le Collectif pour l’égalité, à l’initiative du débat contradictoire sur le mariage pour tous.

(…)

Sur le plateau des Oudairies, les invités donnent l’exemple. S’écoutent. Se répondent sans se couper. Et sans rien concéder. Plus que le mariage, c’est« cette course au toujours plus »à laquelle s’oppose Tugdual Derville. Et notamment la possibilité d’adopter des enfants, de légaliser la procréation médicalisée assistée (PMA) et la gestation pour autrui (GPA). « On passe du droit de l’enfant au droit à l’enfant, affirme Tugdual Derville. Ce n’est pas à l’État de réguler nos désirs, qui ont les limites de nos corps. »

L’adoption ? La question des origines de l’enfant ? Nicolas Gougain répond que cela relève des lois bioéthiques. « Dans ces cas, il faut remettre en cause l’adoption pour les célibataires et l’insémination artificielle, qui existent pourtant depuis 30 et 50 ans, affirme le porte-parole LGBT. Pourquoi on pose le désir d’enfant uniquement pour les couples homosexuels ? Sont-ils la cause de ces questions ? Non. »

(…)

…Tugdual Derville recadre. Le sens de l’histoire ?« La France n’a pas à s’aligner sur le moins disant éthique. »Il ajoute :« Ce n’est pas une question d’amour, mais de repères pour les enfants. La loi n’a pas à provoquer des situations discriminantes. »Nicolas Gougain reprend le micro :« La loi ne va pas créer l’homoparentalité. Elle existe déjà. Il s’agit d’apporter une sécurité juridique à ces familles. Vous le comprenez, mais ne proposez rien face à cette réalité. »Il est plus de 22 h 30. Fin du débat, pas des confrontations. » (fin de l’extrait)