27-03-2013

Au lendemain du 24 mars

Alliance VITA salue la réussite incontestable du magnifique rassemblement qui a uni le mouvement de résistance à la loi Taubira de l’Arche de la Fraternité à l’Arc de Triomphe, dimanche 24 mars 2013. C’est une nouvelle journée historique, après celle du 13 janvier, qui confirme que ce mouvement, sous la bannière de la Manif pour Tous, s’amplifie.

Le Président d’Alliance VITA, le docteur Xavier Mirabel, tient à « féliciter et remercier pour leur travail et leur dévouement extraordinaires les membres des équipes VITA qui ont contribué, dans toute la France, à relever ce pari audacieux. Une fois de plus, ils ont agi aux côtés des membres d’associations et de personnalités très diverses, pour aboutir à cette unité fraternelle qui caractérise ce mouvement. »
Aux côtés des autres porte-parole, Tugdual Derville, notre Délégué général, a salué sur le podium « l’émergence d’une solidarité nouvelle à destination des générations futures » ; il se trouve parmi les initiateurs d’un courant d’écologie humaine destiné à « prendre soin de tout homme et de tout l’homme ». C’est un défi de la réflexion au service de l’action à long terme qui sera, lui aussi, relevé dans un esprit de diversité et d’unité. VITA y prendra donc toute sa place.

Pour Alliance VITA, la résistance à la loi Taubira doit se poursuivre de façon paisible et déterminée, mais sans céder à l’exaspération. Certains incidents avec les forces de l’ordre qui ont eu lieu à l’occasion du grand rassemblement ont choqué nombre de manifestants, parfois des familles avec enfants, et nous tenons à leur apporter un message de réconfort, en espérant que personne n’a été trop gravement traumatisé. Nous espérons que la lumière sera faite sur la façon il a été fait usage de la force publique dimanche, notamment des gaz lacrymogènes.

Après le rejet de la pétition de 700 000 personnes au CESE, nous avons publiquement déploré la façon dont les pouvoirs publics ont sans-cesse tenté de minimiser voire mépriser notre mouvement. La semaine dernière, ils annonçaient par avance n’attendre que 100 000 personnes tandis qu’un ministre en exercice a parlé d’une « poignée d’individus » ! Conscient de ces provocations et de la colère qu’elles peuvent induire, nous appelons les manifestants à ne pas entrer dans une surenchère de virulence, certains que notre détermination paisible reste, pour aujourd’hui comme pour demain, notre plus grande force.