19-03-2015

IVG : suppression du délai de réflexion

Alliance VITA dénonce la suppression du délai de réflexion d’une semaine prévu pour les femmes enceintes qui envisagent de recourir à l’IVG.

Cette mesure a été votée par amendement en Commission des affaires sociales durant la nuit par quelques député(e)s. Elle s’ajoute aux réformes engagées depuis des années qui visent à banaliser toujours plus un acte qui n’est pas anodin, notamment la suppression de la notion de détresse (loi du 4 août 2014 sur l’égalité entre les femmes et les hommes).

Pour Caroline Roux, coordinatrice des services d’écoute de l’association : « Obliger les femmes à s’enfermer dans une décision précipitée, c’est méconnaître ce qu’elles vivent lors de grossesses imprévues. Beaucoup d’entre-elles nous confient envisager l’IVG à contrecœur, sous la pression d’un compagnon, ou par peur de leur employeur. Banaliser davantage un acte qui n’a rien d’anodin, ce n’est pas aider les femmes.

En prétendant simplifier toujours davantage l’accès à l’IVG, on occulte la complexité des dilemmes qui les font hésiter. On leur interdit la possibilité de trouver une solution et d’éviter un acte définitif. Une vie est en jeu, ce qui n’est tout de même pas le cas pour d’autres décisions pour lesquelles un délai de réflexion est requis par la loi. N’oublions-pas que pour une immense majorité de femmes, l’avortement laisse des traces psychologiques difficiles à vivre. Notre société a besoin d’une véritable politique de prévention et d’accompagnement à destination de ces femmes dont la grossesse est imprévue. »

Tugdual Derville, délégué général, souligne d’autre part la provocation que constitue l’amendement visant à supprimer la clause de conscience spécifique à l’IVG : « Cet amendement a été retiré à la demande du gouvernement, non pas pour défendre les professionnels de santé, mais uniquement pour des motifs de circonstance afin de, selon la ministre Marisol Touraine, ne pas ranimer ‘’un débat éminemment symbolique’’. En réalité, supprimer cette clause serait d’une portée considérable, car elle protège depuis 1975 non seulement les médecins, mais aussi les sages-femmes, les infirmiers et infirmières, et tous les auxiliaires médicaux. Ces professionnels n’ont pas de clause générale de conscience dans leur code de déontologie, seuls les médecins en ont une. Il faut arrêter d’avoir une approche uniquement idéologique de l’IVG et prendre en compte toutes les dimensions de cette question de société si douloureuse. »

Alliance VITA demande aux parlementaires, quand le projet de loi sera examiné en séance publique dans quelques jours, de maintenir ce délai de réflexion et de voter des mesures pour développer cette politique de prévention et d’accompagnement dont les femmes ont besoin.