26-04-2016

« Human Gene Editing » : prochaine étape à Paris cette semaine


Academie de Medecine

Les techniques de modification du génome, en particulier CRISPR-Cas9, font de plus en plus parler d’elles, tant leurs perspectives et leurs enjeux éthiques sont importants : deux rencontres internationales importantes auront lieu les 28 et 29 avril prochain à Paris, sous l’égide de l’Académie de Médecine.

L’Académie des Sciences  et l’Académie de Médecine américaines ont lancé en 2015 le « Human Gene Editing», une initiative pour travailler sur les problématiques liées aux nouvelles techniques de modification du génome.

Cette initiative s’est organisée en plusieurs étapes.

Tout d’abord, un colloque international de réflexion, co-organisé avec l’Académie des Sciences chinoise et la Royal Society du Royaume Uni, s’est tenu à Washington en décembre 2015 sur les questions scientifiques, éthiques et de gouvernance liées à la recherche utilisant les techniques de modification du génome humain.

Puis un comité international multidisciplinaire a été créé pour mener des études approfondies sur les fondements scientifiques de ces techniques de génie génétique, sur leur potentielle utilisation en recherche biomédicale et médecine – y compris sur la lignée germinale humaine – et leurs implications cliniques, éthiques, juridiques et sociales. Ce comité d’experts, majoritairement américains, a commencé son processus de collecte d’informations lors de ce premier sommet de Washington. Il lui appartient désormais également de réaliser une veille scientifique ajustée au développement rapide de ces techniques, de centraliser les informations émanant de la littérature ou de colloques, américains ou étrangers, pour solliciter une large participation de chercheurs, cliniciens, décideurs ainsi que du grand public. Ce comité doit publier un rapport avant fin 2016, rapport qui tiendra compte de la position officielle de l’Académie des Sciences et de l’Académie de Médecine américaines. Ce comité a organisé un deuxième sommet à Washington le 11 février 2016.

La prochaine étape est le troisième sommet qui se tiendra à Paris, à l’Académie Nationale de Médecine, le 29 avril prochain. Cette rencontre se focalisera sur la politique et les principes de gouvernance sous-jacents à la modification du génome humain. L’une des tables rondes sera consacrée aux applications potentielles pour les cellules germinales : gamètes et embryons humains.

La veille, le 28 avril, également à l’Académie de Médecine, se tiendra un Colloque de travail complémentaire au Comité, organisé par la Fédération des Académies Européennes de Médecine (FEAM) sur l’état de la science et les réglementations sur la modification du génome humain dans l’Union européenne. Les objectifs de cet atelier sont de favoriser la discussion entre experts pour examiner si des lignes directrices européennes communes pourraient être mises au point et fournir des informations au public et aux structures concernées. Une table ronde sera consacrée à la recherche et aux applications sur les cellules germinales humaines.

Et aussi