24-06-2016

CRISPR-Cas9 : « Human Gene Editing », une nouvelle étape annoncée


 

ADN

L’Académie des Sciences et l’Académie de Médecine américaines ont lancé en 2015 le « Human Gene Editing», une initiative pour travailler sur les problématiques liées aux nouvelles techniques de modification du génome.

La prochaine rencontre aura lieu à Washington le 12 juillet prochain. Une partie des travaux seront consacrés à la modification du génome des cellules germinales, abordant les questions éthiques, morales et de politique publique. Plusieurs personnalités sont impliquées dans ces communications, dont le Dr Francis Collins, directeur de l’Institut National de Santé américain (National Institutes of Health, NIH).

Cette initiative internationale s’est organisée en plusieurs étapes.

« Human Gene Editing » a démarré par un colloque international de réflexion qui s’est tenu à Washington en décembre 2015. Co-organisé avec l’Académie des Sciences chinoise et la Royal Society du Royaume Uni, il portait sur les questions scientifiques, éthiques et de gouvernance liées à la recherche utilisant les techniques de modification du génome humain. 

Puis un comité international multidisciplinaire a été créé pour mener des études approfondies sur les fondements scientifiques de ces techniques de génie génétique, sur leur potentielle utilisation en recherche biomédicale et médecine – y compris sur la lignée germinale humaine – et leurs implications cliniques, éthiques, juridiques et sociales. Ce comité d’experts, majoritairement américains, a commencé son processus de collecte d’informations lors du premier sommet de Washington. Il lui appartient désormais également de réaliser une veille scientifique ajustée au développement rapide de ces techniques, de centraliser les informations émanant de la littérature ou de colloques, américains ou étrangers, pour solliciter une large participation de chercheurs, cliniciens, décideurs ainsi que du grand public. Ce comité doit publier un rapport avant fin 2016, rapport qui tiendra compte de la position officielle de l’Académie des Sciences et de l’Académie de Médecine américaines.

Ce comité international multidisciplinaire a organisé un deuxième sommet à Washington le 11 février 2016. Puis s’est tenu le 29 avril 2016 le troisième sommet à Paris, à l’Académie Nationale de Médecine, focalisé sur la politique et les principes de gouvernance sous-jacents à la modification du génome humain. L’une des tables rondes était consacrée aux applications potentielles pour les cellules germinales : gamètes et embryons humains.

La perspective de modifier l’ADN des embryons ou des gamètes humains soulève des enjeux éthiques d’une importance majeure. Alliance VITA a lancé une campagne nationale d’information et de mobilisation, Stop Bébé OGM, et demande à la France de s’impliquer dans le débat international pour obtenir un moratoire de l’utilisation de ces techniques de génie génétique sur les cellules germinales.

 

Signez l’appel Stop Bébé OGM

_________________

Pour en savoir plus :

Notexpert Alliance VITA

Sondage d’Alliance VITA : Les Français et la technique du CRISPR-Cas9

 


Facebook_Rejoignez

Twitter_suivez

Et aussi