Source : Interview d’Eva Joly au site Elle.fr le 1er mars 2012

A partir de 2mn 50