2013 : maternités tardives et naissances en baisse

03/09/2014

L’Insee analyse les 811 510 naissances survenues en France en 2013 : avec 9 500 naissances en moins qu’en 2012, abaissant le taux de fécondité à 1,99, on constate une accentuation du recul de l’âge moyen de la maternité qui se situe à 30,3 ans alors qu’il était de 26 ans dans les années 70.

Parmi les autres caractéristiques, notons que 57% des enfants sont nés hors mariage, part qui progresse fortement depuis les années 70, et que le nombre de naissances gémellaires a presque doublé depuis 40 ans. Un accouchement sur 60 a donné naissance à 2 enfants et plus. En cause selon l’Insee, l’augmentation de l’âge des mères notamment  car “les mères plus âgées ont plus souvent recours à l’assistance médicale à la procréation”.

Malgré une démographie parmi les plus fortes d’Europe, la France demeure en dessous du seuil de renouvellement des générations qui se situe à un taux de fécondité de 2,1 par femme. Par ailleurs, la Drees* (l’organe statistique du ministère des affaires sociales et de la santé) a annoncé une augmentation  du nombre d’IVG de près de 5% en 2013 par rapport à l’année précédente, soit près de 10 000 avortements supplémentaires.

*Direction de la recherche des études, de l’évaluation et des statistiques, au sein du Ministère des Affaires sociales et de la santé

Restez informé de nos dernières actualités

Articles récents

Note d’analyse – avortement dans la constitution

Note d’analyse – avortement dans la constitution

Constitutionnaliser le droit à l’interruption volontaire de grossesse est une procédure à la fois inutile, aléatoire et risquée (I). A plus forte raison, l’accès à l’avortement n’est pas entravé en France (II) alors même qu’une vraie politique de prévention de l’avortement fait défaut et s’avère plus que jamais nécessaire (III).

Share This