Formation pour les aidants sexuels

qu’on en parle », car cette question continue de diviser la classe politique et la société civile, selon lui. L’Appas rappelle que dans d’autres pays européens (Allemagne, Suisse, Pays-Bas, Autriche, Italie et Espagne), la profession d’aidant sexuel est reconnue ou bénéficie d’un cadre juridique favorable. En mars 2013, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) avait rendu un avis défavorable à la reconnaissance du métier d’assistant sexuel pour les personnes handicapées. Il estimait, d’une part, que l’aide sexuelle aux personnes handicapées ne pouvait être admise comme un « droit-créance assuré » impliquant une obligation de la société vis-à-vis des personnes handicapées, d’autre part, que « le risque de dérive est très important, pour les aidants comme pour les bénéficiants ». Insistant sur les risques de dérives et de manipulations sur des personnes fragiles et vulnérables, et soulignant que l’exercice de la sexualité est une liberté, et non un « droit opposable », Alliance VITA s’est opposée dès 2011 à la reconnaissance juridique d’un métier d’aidant sexuel. Pour Xavier Mirabel, « l’idée des aidants sexuels est une mauvaise réponse à une bonne question, celle de l’épanouissement affectif des personnes blessées dans leur corps ou dans leur esprit » (Notexpert du 5-12-2011).]]>

Share This