Considérer l’euthanasie comme une pratique « complémentaire » et faisant partie intégrante des soins palliatifs : sous l’expression « soins palliatifs intégraux », c’est une notion qui émerge en Belgique, pays ayant légalisé l’euthanasie en 2002.

Pour certains médecins, ce glissement s’accompagne du risque qu’il « étouffe dans l’œuf les progrès qui sont encore à faire dans l’accompagnement de la souffrance psychologique et spirituelle »,  comme l’explique le Dr Catherine Dopchie, cancérologue et oncologue à Tournai, responsable d’une unité hospitalière de soins palliatifs dans le Hainaut (Centre Hospitalier de Wallonie Picarde).

Le constat posé est qu’il y a un réel risque que peu à peu la mentalité euthanasique se développe et se répande dans les pays qui légalisent l’euthanasie, au détriment d’une réelle culture palliative.