Soulager mais pas tuer

Alliance VITA s’associe à l’appel du mouvement  »Soulager mais pas tuer » qui invite à se mobiliser le samedi 3 octobre à 11h dans les 13 villes préfectures des nouvelles régions de France, pour dénoncer le report incessant du plan de développement des soins palliatifs depuis 2012.

Lundi 5 octobre 2015,  la proposition de loi sur la fin de vie sera examinée en deuxième lecture à l’Assemblée nationale.

La proposition de loi, amendée puis non votée par le Sénat le 23 juin 2015, revient donc à l’Assemblée sous la version qu’elle avait précédemment votée le 17 mars 2015.

Cette loi est dangereuse et présente des zones de flou :

  • Elle entend mettre en œuvre une « sédation profonde et continue jusqu’au décès » qui risque d’ouvrir la porte à l’euthanasie, qu’elle soit explicite ou masquée.
  • Elle risque de ruiner ou de dénaturer les efforts nécessaires pour développer les soins palliatifs.
  • Elle risque de menacer ou d’exclure les personnes âgées, handicapées ou gravement malades.
Pour Tugdual Derville, délégué général d’Alliance VITA, auteur de La Bataille de l’euthanasie et l’un des porte-parole de Soulager mais pas tuer :
« Garantir aux personnes les plus malades, les plus dépendantes, les plus âgées, qu’elles gardent toute leur place au cœur de la société est une urgence sociale. La promesse gouvernementale de développement des soins palliatifs, sans décision ni moyens concrets, est devenue un alibi constant pour imposer cette loi fin de vie. Or, cette loi génère du flou, de l’inquiétude et des divisions, en flirtant avec la pente glissante de l’euthanasie ».

Fondateur et animateur du site www.sosfindevie.org, Alliance VITA a été régulièrement auditionnée au Parlement dans le cadre des missions, projets et propositions de loi successives sur la fin de vie. Alliance VITA fait partie des associations soutenant le mouvement ‘’Soulager mais pas tuer’’, parrainé par Philippe Pozzo di Borgo, tétraplégique dont le témoignage est à l’origine du film Intouchables.