Consacrée cette année à « La liberté, pour quoi faire », l’Université de la vie, s’est penchée sur la question de la prétendue « ultime liberté ».  Alors que la fin de vie et la légalisation de l’euthanasie s’invitent dans les débats de la campagne présidentielle, le cycle de formation bioéthique d’Alliance VITA propose de réfléchir sur le sens et le prix à payer que représenterait ce basculement revendiqué par certains candidats à l’élection présidentielle. Face à l’offensive de ceux qui réclament le droit de choisir l’heure de leur mort, face au choix truqué présenté par les promoteurs de l’euthanasie et du suicide assisté entre la souffrance et provoquer la mort, l’un des enjeux est d’offrir un accès aux soins palliatifs pour tous. Le témoignage du docteur Alexis Burnod, médecin en soins palliatifs, montre combien cette approche aide les personnes en fin de vie à mieux vivre « en prenant en charge la personne de manière globale et en particulier la douleur, l’angoisse, la perte de possibilités physiques et l’après… ».
Share This