Le corps, un libre marché ? – Blanche Streb

Il ne s’agit pas de freiner la quête de connaissance ou l’innovation mais à un moment, l’homme doit se demander : ce progrès techniquement faisable est-il souhaitable et débouche-t-il réellement sur un progrès humain ? Dans La fin de l’homme, Francis Fukuyama, pose les enjeux de la révolution biotechnique en ces termes :

Nous n’avons à accepter aucun de ces mondes futurs sous le faux étendard de la liberté, qu’il soit celui des droits de reproduction illimités ou celui de la recherche scientifique sans entraves. Nous ne devons pas nous considérer nous-mêmes comme les esclaves obligés d’un progrès technologique inéluctable, si ce programme n’est pas mis au service de finalités humaines. La liberté véritable signifie la liberté, pour les communautés politiques, de protéger les valeurs qui leur sont les plus chères et c’est cette liberté-là qu’il nous faut exercer à l’égard de la révolution biologique d’aujourd’hui.

L’issue ?  Repenser la vie et la procréation humaines. Pas seulement dans les laboratoires mais au fond de chacun de nous.

 

 

Articles similaires

L’urgence du temps long – Tugdual Derville

L’urgence du temps long – Tugdual Derville

Tugdual Derville : L’urgence du temps long. Pour travailler sur le long terme, il faut prendre du recul par ...
Le temps et la mort – Martin Steffens

Le temps et la mort – Martin Steffens

Martin Steffens évoque avec délicatesse la mort, dont l’inéluctabilité rend plus urgente encore la nécessité de ...
La dignité incarnée – Grégor Puppinck

La dignité incarnée – Grégor Puppinck

Notre compréhension de la nature humaine, dont le respect est pourtant la cause des droits de l'homme, a fait ...