ONU : Contribution d’Alliance VITA sur les Droits de l’homme des personnes âgées

08/09/2022

Le 29 et 30 août 2022 s’est tenue à Genève une réunion sur les droits de l’homme des personnes âgées visant à passer en revue les manques et lacunes de la législation des droits de l’homme concernant les personnes âgées.

Ces journées ont eu lieu en application de la résolution 48/3 du Conseil des droits de l’homme. Cette dernière demandait au bureau du Haut commissariat aux droits de l’homme d’organiser une concertation réunissant les parties prenantes pour discuter le rapport sur les normes et obligations découlant du droit international en ce qui concerne la promotion des droits de l’homme des personnes âgées.

Les conclusions sous forme de recommandations seront présentées lors de la 51e session du Conseil des droits de l’homme  qui se tiendra du 12 septembre au 7 octobre 2022.

L’adaptation des sociétés au vieillissement est une préoccupation depuis plusieurs années. Au niveau international, cela a conduit à adopter le plan d’action de Madrid sur le vieillissement en 2002. Depuis 2011 l’Assemblée générale des Nations unies a créé un Groupe de travail à composition non limitée sur le vieillissement. Ce dernier a pour mission de combler les lacunes décelées dans le cadre international existant et de faire des propositions relatives à l’élaboration d’un instrument juridiquement contraignant pour renforcer la protection des droits de l’homme des personnes âgées comme cela existe pour le droit des enfants ou le droit des personnes handicapées.

Dans ce cadre,  Alliance VITA, ONG accréditée par l’ONU avec un statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social, a apporté son éclairage soulignant la nécessité de développer des politiques de solidarité intergénérationnelles et demandant une protection accrue des droits de l’homme des personnes âgées face aux tentatives de législation sur l’euthanasie et le suicide assisté.

L’augmentation du nombre de personnes âgées soulève de nouveaux enjeux. La crise de la Covid19 a mis en exergue deux défis spécifiques que pose le vieillissement : les risques de mort sociale par l’isolement souligné par le Secrétaire Général de l’ONU à propos du Policy Brief sur l’impact de la Covid-19 sur les personnes âgées ainsi que l’accompagnement médical en fin de vie.

Face à l’exclusion sociale et à la solitude affective, il importe de généraliser des programmes de prévention de l’isolement, et de lutter contre toute discrimination par l’âge. Dans cette perspective, il serait opportun de développer des missions de solidarité intergénérationnelle pour les jeunes, destinées à accompagner les personnes âgées. L’accompagnement d’un proche peut représenter une véritable charge pour une personne active. Il conviendrait également d’encourager chaque pays à mettre en place des politiques sociales qui valorisent la reconnaissance et l’indemnisation des proches aidants. Concernant le défi de l’accompagnement des personnes en fin de vie, l’accès aux soins palliatifs doit être une priorité pour ceux qui en ont besoin. Aucune personne âgée ne devrait être privée des soins auxquels elle a droit. 

A ce sujet, une inquiétude croissante s’exprime dans la société civile, et au sein même des Nations unies face aux tentatives visant à légaliser l’euthanasie et le suicide assisté. Ces pratiques ont été notamment dénoncées dans une déclaration commune publiée le 25 janvier 2021, par le Rapporteur spécial sur les droits des personnes handicapées, le Rapporteur spécial sur l’extrême pauvreté et les Droits de l’homme, ainsi que l’expert indépendant sur les droits des personnes âgées car elles peuvent conduire les personnes handicapées ou âgées à vouloir mettre fin à leur vie prématurément. Ces pratiques hautement controversées conduisent à alimenter les attitudes âgistes, intériorisées par les personnes âgées elles-mêmes.

Soucieux de garantir l’effectivité du droit à la vie, nous appelons à renforcer les cadres juridiques au plan national et international qui assurent aux personnes âgées toute leur place et un accompagnement jusqu’à la fin de leur vie. 

Restez informé de nos dernières actualités

Articles récents

Note d’analyse – avortement dans la constitution

Note d’analyse – avortement dans la constitution

Constitutionnaliser le droit à l’interruption volontaire de grossesse est une procédure à la fois inutile, aléatoire et risquée (I). A plus forte raison, l’accès à l’avortement n’est pas entravé en France (II) alors même qu’une vraie politique de prévention de l’avortement fait défaut et s’avère plus que jamais nécessaire (III).

Share This