Restreindre l’accès à l’avortement augmente-t-il réellement le suicide chez les femmes ?

22/06/2023

D’après une étude publiée en décembre 2022 par des chercheurs de l’Université de Pennsylvanie, “le taux de suicide chez les femmes en âge de procréer augmente significativement lorsque l’accès à l’IVG est restreint ou aboli”. Dans une note d’analyse, Alliance VITA s’est penchée sur cette étude afin de vérifier la réalité de cette allégation.

La question des liens entre la santé mentale et la santé sexuelle et reproductive des femmes a déjà fait l’objet de nombreuses études dont certaines établissent un lien entre pathologies psychiatriques et avortement.

D’emblée les auteurs s’en démarquent et inscrivent au contraire leur recherche dans le prolongement de l’ « étude Turnaway » selon laquelle les femmes exclues de l’avortement parce qu’hors délai, seraient plus stressées et plus anxieuses que les femmes ayant pu avorter. Ils prétendent même aller plus loin en questionnant l’existence d’un lien entre les législations des Etats américains concernant l’avortement ou l’accès à la santé sexuelle et reproductive et les taux de suicide des femmes aux Etats-Unis. 

S’appuyant sur une période de 1974 à 2016, les auteurs ont ainsi analysé les taux de suicide avant et après le vote de réglementations ciblant les cliniques d’avortement, et ont observé “un taux annuel de suicide 5,81 % plus élevé que dans les années précédant l’application de ces réglementations”.

Aux Etats-Unis, le délai autorisé pour l’avortement varie sensiblement d’un Etat à l’autre et les cliniques qui réalisent des IVG doivent respecter trois types de réglementations variables selon les Etats.

Les chercheurs de l’Université de Pennsylvanie ont élaboré un modèle en utilisant des données au niveau des États entre 1974 et 2016 et en couvrant l’ensemble de la population des femmes adultes pendant cette période.

Ils ont créé un indicateur allant de 0 (pas de réglementations) à 3 (incluant les 3 types de réglementations) et dressé une carte des Etats selon le degré de normes. “Nous avons construit trois indices qui mesurent l’accès aux soins reproductifs en examinant l’application de la législation au niveau de l’État“, explique M. Zandbergl, un des auteurs de l’étude. “Chaque fois qu’un État a appliqué une loi relative aux soins génésiques, nous l’avons intégrée à l’indice“. Ensuite, parmi les femmes en âge de procréer, ils ont analysé les taux de suicide avant et après l’entrée en vigueur des lois, en comparant ces chiffres aux tendances générales en matière de suicide et aux taux observés dans les Etats américains où de telles restrictions n’existent pas.

L’analyse effectuée par Alliance VITA tant sur la méthode utilisée par les chercheurs que sur les données montre les limites fondamentales de cette étude.

  • Le modèle élaboré s’avère ultra-simplisteLes variables sur lesquelles il repose sont contestables puisque le taux de suicide est interprété au regard d’indicateurs très généraux sans lien direct avec le suicide. Les experts de ce sujet s’accordent pourtant sur le fait que les facteurs conduisant au suicide sont nombreux et complexes. 
  • Les résultats du modèle sont peu fiables. En effet, la hausse annuelle de 5.81% du taux de suicide résulte d’un modèle comportant, comme tout modèle, une marge d’erreur d’estimation. Or, cette estimation est en fait comprise entre 1.09% et 10.94% si on veut un résultat sûr à 95% (statistiquement parlant un intervalle de confiance à 95%). Le chiffre cible est donc entaché d’une large incertitude.

Par ailleurs, les chercheurs disent que lorsqu’ils “ont effectué la même analyse pour toutes les femmes âgées de 45 à 64 ans entre 1974 et 2016. Ils n’ont trouvé aucun effet”. Or, contrairement à cette déclaration, l’application du modèle à cette catégorie test n’est pas sans effet ; de même lorsque le modèle est appliqué à la catégorie des femmes en âge de procréer victimes d’accidents de la route.

  • Les données descriptives montrent que ces réglementations restreignant l’avortement n’ont pas de lien avec le taux de suicide ni avec le taux d’avortement. 

Le communiqué accompagnant la publication de l’étude en relativise lui-même les résultats : « Bien que les résultats ne prouvent pas que la restriction de l’accès à l’avortement a entraîné une augmentation des taux de suicide, les chercheurs affirment que l’approche analytique est l’une des méthodes les plus rigoureuses pour permettre l’inférence causale. » 

 

Le suicide et l’avortement sont des sujets graves qui exigent une plus grande rigueur et des études sérieuses. Les taux élevés de suicides aux Etats-Unis comme en France nécessitent de se pencher sur les facteurs à l’origine du passage à l’acte. Plus globalement, la santé mentale fait l’objet d’attention renouvelée. En octobre 2021, l’OMS déplorait le manque de moyens dédié à cette question. Dans ce cadre, il serait important d’étudier l’impact du recours à l’avortement sur la santé mentale des femmes. 

Restez informé de nos dernières actualités

Articles récents