PlanningFamilialUS

Depuis deux mois, la polémique monte aux Etats-Unis sur des agissements de la branche américaine de la Fédération internationale du Planning Familial, Planned Parenthood Federation of America,  après la diffusion de reportages montrant que cette association céderait avec contrepartie financière des organes de fœtus avortés à des cliniques pour la recherche médicale.

Des personnes du Center for Medical Progress qui se présentent sur leur site comme des journalistes citoyens travaillant sur l’éthique médicale,  se sont fait passer pour des acheteurs d’organes de fœtus avortés. Elles ont filmé, en caméra caché en 2014, des responsables du Planning familial américain expliquant le transfert d’organes de fœtus avortés contre de l’argent. Cette pratique est autorisée aux Etats-Unis sous certaines conditions mais pas la commercialisation. Les mots utilisés dans cette vidéo par les protagonistes ont horrifié une partie de l’opinion publique américaine. «Nous sommes devenus très bons pour attraper les cœurs, les poumons, les foies, parce que nous savons, et nous essayons de ne pas écraser ces parties du corps.» détaille dans une des vidéos le docteur Dr Deborah Nucatola, directrice des services médicaux de l’organisation Planned Parenthood.

Le Planned Parenthood Federation of America, gère 700 cliniques qui pratiquent des avortements, y compris des avortements tardifs autorisés par la loi américaine. Cet organisme agit avec des fonds privés mais reçoit des subventions publiques pour ses activités d’information sur la planification des naissances et la contraception qui représentent 40% de son budget.

Demande de gel des subventions publiques au Planning Parenthood Federation of America

En réaction à ces vidéos, la Chambre des représentants, à majorité républicaine, a adopté le 18 septembre une loi demandant le gel des subventions publiques au Planning Parenthood Federation of America, pendant un an, tant que la question ne serait pas éclaircie. A été également votée une mesure sanctionnant pénalement les médecins qui ne sauveraient pas un enfant né vivant à la suite d’un avortement.

Même si ces mesures ne devraient pas être confirmées par le Sénat, à majorité démocrate, la tension demeure aujourd’hui élevée tant que des preuves plus concrètes ne sont pas apportées.  Les responsables du  Planned Parenthood Federation of America se défendent de faire du profit et disent céder les organes de fœtus avortés à « prix coûtant ».