A la veille de l’ouverture des Etats généraux de la bioéthique, Tugdual Derville, Délégué général d’Alliance Vita, était l’invité de Véronique Jacquier dans le Grand Journal de 18h le 17 janvier 2018 pour parler de la question de la Gestation par autrui.

Quelques verbatim extraits de l’émission :

« C’est toujours la même chanson… La même posture victimaire alors que ce sont les commanditaires de GPA qui mettent la France devant le fait accompli. »

« Pour nous, la gestation par autrui est une forme d’esclavage. Les enfants ont vécu une maltraitance originelle ; ces enfants ONT une filiation à l’étranger. Les traiter de « fantômes » est rajouter une peine à ces enfants. »

« Nous pensons qu’il faudrait avoir le courage de mettre en cause les commanditaires de GPA, comme l’Italie a su le faire. »

« Tout l’honneur de la France est de ne pas se caler vers le moins-disant éthique. »

« Nous prenons le parti de l’enfant contre le marché mondialisé de la procréation qui fait des êtres humains des objets, des choses que l’on va acheter. »

« Il serait absurde qu’au moment où on lutte contre les maltraitances sexistes subies par les femmes, on les traite comme des « productrices d’enfants ». »

« La loi doit poser des limites ; elle est là pour protéger les faibles de la toute puissance de nos désirs à nous les forts, nous les adultes. Nous ne voulons pas glisser vers l’enfant-objet. »

 

Allez plus loin :