Tugdual Derville, délégué général d’Alliance VITA, était l’invité de Christophe Bordet, dans l’émission « Les Vraies Voix » sur Sud Radio, le 13 septembre 2018. Il revient sur une parole, prononcée par un médecin gynécologue-obstétricien à propos de l’IVG, qui a emballé les médias.

Verbatim issus de l’émission :

« Les propos de ce médecin ne sont pas exactement ceux que vous lui avez fait dire, car il n’a pas prononcé le mot « homicide », il a répondu à une question en fin d’interview, question piège d’ailleurs, où on lui a demandé si [l’IVG] c’était arrêter une vie. »

« L’article 1 de la loi de 1975 assure « le respect de l’être humain dès le commencement de la vie, il ne saurait être porté atteinte à ce principe qu’en cas de nécessité et selon les conditions définies par la présente loi ». C’est autour du mot « vie » que le débat s’est posé : « est-ce que c’est une vie ou pas ?  » Je crois que scientifiquement le médecin le sait. J’ai eu tout à l’heure une gynécologue au téléphone qui exerce sa clause de conscience, [droit] qui a été également reconnu ; et Simone Veil tenait énormément à ce que le médecin ne soit pas obligé de pratiquer l’IVG. »

« C’est à cela que ce médecin a répondu car il exerce sa clause de conscience, il ne fait plus d’IVG ; dans ses études, sa pratique, il se bat pour accueillir cette vie, soigner la femme, prendre soin de cette vie ; il ne peut pas faire [l’IVG], il dit « c’est mes tripes qui parlent » – une femme dirait peut-être ses entrailles. »

« J’accompagne des femmes, parfois même après l’avortement ; je suis frappé de voir, alors qu’elles n’ont plus d’accompagnement proposé désormais, malheureusement, comme ce n’est pas un acte anodin. »

« La loi a évolué énormément depuis Simone Veil, il n’y a plus le délai de réflexion d’une semaine, qui permettait à certaines femmes de résister à certaines pressions, je pense le plus souvent aux pressions du compagnon, mais aussi des pressions économiques. »

« Nous sommes dans une société où il y a un paradoxe ; d’un côté, le Ministère de la Santé dit aux femmes « Ne buvez pas d’alcool, parce ce que celui ou celle qui est là n’est plus déjà votre corps » (…) et de l’autre, on a des femmes en détresse qui sont sous la pression, je ne les juge pas, certaines recourant à l’avortement, parfois en désespoir de cause, souvent à contrecœur, jamais de façon anodine. »

« Donc la question qu’on se pose à Alliance VITA, c’est, même si nous ne sommes pas d’accord sur le principe même de l’avortement, étant pour le respect de toute vie, (…) c’est : Est-ce qu’on ne pourrait pas s’entendre pour qu’il soit prévenu ? Il faut accompagner, prévenir l’avortement par tous les moyens possibles, et écouter les femmes qui souffrent aussi. »

« Cette loi a été modifiée à 7 reprises sous le quinquennat de François Hollande, en enlevant tout ce qui permettait la prévention de l’avortement. Par exemple, il y a une loi qui a supprimé le guide des aides aux femmes enceintes, donné à toute femme venue consulter en vue d’une IVG pour la première consultation. Nous l’avons réédité ; nous avons demandé au ministère de le rééditer, il ne l’a pas fait. Nous diffusons ce guide, les services sociaux s’en servent. »

« Aujourd’hui, c’est comme si une grossesse imprévue ou difficile, souvent très douloureuse, conduisait inéluctablement à l’avortement, alors que beaucoup de femmes aimeraient être aidées : logement, emploi, soutien du compagnon, pas de pression psychologique, pas de ces normes sociales qui pèsent souvent… Des femmes nous disent : je suis trop jeune pour avoir un bébé, parce que maintenant ce sont des femmes de trente ans qui ont des bébés ; nous les aidons simplement à accueillir en elles leur désir le plus profond, qui est très souvent d’aller au bout d’une grossesse, d’être aidées et accompagnées, plutôt que de subir une IVG à contrecœur. »