PLFSS 2020 : Davantage d’aide pour les proches aidants

Dans le cadre du Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS), le Premier ministre Edouard Philippe a lancé, ce mercredi 23 octobre 2019, la stratégie de mobilisation et de soutien en faveur des aidants 2020-2022, accompagné de la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, ainsi que de Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des personnes handicapées.

L’aidant est celui « qui vient en aide, de manière régulière et fréquente, à titre non professionnel, pour accomplir tout ou partie des actes ou des activités de la vie quotidienne d’une personne en perte d’autonomie, du fait de l’âge, de la maladie ou d’un handicap » d’après l’article 51 de la loi du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement. Rappelons qu’en France, 8 à 11 millions de personnes – soit une personne sur six – viennent en aide à leurs proches ou aînés fragilisés par leur santé, ou en situation de handicap. De plus, le nombre de Français de 85 ans et plus devrait pratiquement tripler d’ici 2050.

La stratégie en faveur des aidants est assortie d’une enveloppe de 400 millions d’euros sur la période de 2020 à 2022, et comprend 17 mesures clés.

La mesure principale de ce plan est l’indemnisation du «congé aidant». Alors que 61 % des aidants travaillent et concilient difficilement vie personnelle et vie professionnelle, ce congé sera indemnisé à hauteur de 43 euros par jour pour une personne en couple et 52 euros pour une personne vivant seule. Sur une durée de trois mois, il pourra être fractionné en jours ou en semaines. La mesure entrera en vigueur en octobre 2020. Environ 270.000 salariés pourraient profiter de cette mesure, qui ouvre également des droits à la retraite, dès la première année.

Les autres mesures de cette stratégie visent aussi à prévenir l’épuisement et l’isolement des aidants en diversifiant et en augmentant les capacités d’accueil des lieux de répit, en proposant des solutions de relais, et en leur permettant de trouver des solutions sur leur territoire avec la mise en place d’un numéro gratuit et d’une plateforme internet. Les situations particulièrement compliquées des jeunes aidants n’ont pas été oubliées : une sensibilisation du personnel de l’Éducation nationale pour repérer et orienter les mineurs aidants ainsi qu’un aménagement des cours et examens pour les étudiants aidants sont prévus.

Le gouvernement s’engage à remettre au Parlement, au plus tard le 1er janvier 2022, un premier bilan sur le recours au congé indemnisé, afin de voir si ce dispositif répond aux besoins des aidants et s’il faut proposer des adaptations. « Un suivi est indispensable » selon Florence Leduc, présidente de l’Association française des aidants.

L’aide aux aidants fait également partie d’un engagement européen, qui s’est traduit par le vote le 4 avril 2019, d’une directive pour « l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée des parents et aidants ».

Share This