Bioéthique : audition d’Alliance VITA au Sénat, le 3 décembre 2019

Le 3 décembre 2019, Caroline Roux, déléguée générale adjointe et coordinatrice des services d’écoute d’Alliance VITA, et Blanche Streb, directrice de la formation et de la recherche, étaient auditionnées, avec d’autres associations, devant la Commission spéciale de bioéthique du Sénat.

 

Verbatim extraits de l’audition :

 

Caroline Roux

 

Nous accompagnons plus de 2500 femmes et couples chaque année avec notre service d’écoute SOS Bébé sur les questions de maternité, d’infertilité et de handicap.

Nous faisons deux constats sur la PMA :
  1. le parcours d’AMP demeure un véritable parcours du combattant,
  2. la multiplication des tests et des diagnostics rend les grossesses de plus en plus anxiogènes.

Ce projet de loi entend supprimer le critère d’infertilité médicale pour avoir recours à la PMA. : les couples infertiles sont les grands oubliés de cette loi qui conduit à des injustices et des reculs en cascade.

Cette fuite en avant n’a rien de bioéthique et fait l’impasse sur 3 enjeux fondamentaux :

  • la lutte contre l’infertilité
  • la lutte contre l’eugénisme et une réelle prise en compte du handicap
  • l’intégrité de l’espèce humaine.
 
 

Blanche Streb

Nous sommes lancés dans une dynamique internationale de surenchère technicienne autour de la procréation assistée et artificielle et autour des biotechnologies qui viennent contourner les importants problèmes liés à l’infertilité ; derrière tout ça, il y a un certain nombre de marchés à prendre.

A nos portes, les premiers bébés génétiquement modifiés sont déjà nés, pas seulement par la méthode CRISPR, mais aussi par la technique de la FIV à 3 parents dans plusieurs pays.

Ces techniques nous mettent dans une dynamique de l’enfant à tout prix, quand bien même le prix à payer serait l’enfant lui-même.

Derrière tout ça, se dessine un véritable projet de société :

  • celui de l’enfant accueilli sans condition,
  • versus l’enfant programmé, bricolé.
 
Share This