Covid-19 – Violences conjugales et familiales : les mesures du Gouvernement

Le 16 mars dernier, à l’annonce du confinement rendu obligatoire pour tous les français, la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa avait déclaré : « La période de crise que nous connaissons et le confinement à domicile peuvent hélas générer un terreau propice aux violences conjugales. »

Face à ce constat, le Gouvernement a pris plusieurs mesures pour protéger les personnes victimes de violences conjugales et les enfants exposés à des violences familiales.

Dans un communiqué de Presse du 25 mars, le ministère de l’Intérieur, le ministère de la Justice, le secrétariat d’Etat en charge de l’Egalité entre les femmes et les hommes et le secrétariat d’Etat en charge de l’Enfance rendent compte des dispositions prises.

Si les juridictions sont désormais fermées pour éviter la propagation du virus, elles continuent néanmoins de traiter les affaires de violences conjugales. Les juges aux affaires familiales continueront à assurer le prononcé des ordonnances de protection, et les audiences de comparution immédiate sont maintenues. « L’éviction du conjoint violent doit être la règle » a déclaré Marlène Schiappa.

Le traitement des contentieux urgents est assuré. Pour les enfants exposés à des dangers, les magistrats peuvent ordonner des placements provisoires pour garantir la sécurité des enfants.

Les associations de protection de l’enfance restent également disponibles. Face au risque de burn-out parental, notamment lorsqu’un un enfant ou un bébé ne cesse de pleurer, des conseils existent :

  • Rompre l’isolement : joindre un proche ou quelqu’un de confiance au téléphone
  • Atténuer le sentiment de persécution par le bruit des pleurs : allumer la radio ou la télévision
  • Laisser l’enfant en sécurité dans son lit, quitte à le laisser pleurer
  • Demander de l’aide par tous les moyens, y compris en contactant son médecin traitant son pédiatre, ou en appelant le 15

 

Numéros d’appels

La plateforme de signalement des violences sexuelles et sexistes, pour signaler des violences et pouvoir bénéficier d’assistance et de conseils, demeure opérationnelle, 24 heures sur 24, sur arretonslesviolences.gouv.fr. Elle permet de dialoguer anonymement avec des forces de l’ordre formées aux violences sexistes et sexuelles. Chacun peut diriger les victimes de violences conjugales vers cette plateforme.

Le 3919, numéro d’écoute national pour les femmes victimes de violences, reste opérationnel du lundi au samedi de 9h à 19h.

Il est également désormais possible pour les personnes victimes de violences conjugales de donner l’alerte dans une pharmacie, qui avertira directement les forces de l’ordre.

Le 119, numéro d’appel pour l’enfance en danger, est joignable 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 en priorisant les appels d’enfants.

Les lignes téléphoniques de première urgence sont maintenues : les 17 et 112 (police et gendarmerie), le 18 (pompiers), le 15 (SAMU).

Share This