Soutenir les innovations technologiques garantes de la protection des plus fragiles

La recherche scientifique laisse espérer et entrevoir de nouvelles et permanentes avancées thérapeutiques.

Mais certaines ont recours à l’utilisation d’êtres humains, en particulier des embryons humains, trop souvent considérés désormais comme un matériau de laboratoire dont l’accès est sans cesse facilité par la fragilisation des lois encadrant sa protection.

Plus de 220 000 embryons humains sont actuellement congelés à la suite de fécondation in vitro, dont plus d’un tiers dépourvu de « projet parental ».

Par ailleurs, le décryptage du génome et les nouveaux outils de modifications génétiques (exemple du CRISPR-CAS 9…) ouvrent de nouvelles et prometteuses perspectives thérapeutiques. Mais l’usage de ces techniques, appliquées aux cellules germinales (embryons humains, gamètes humains) pose de graves enjeux éthiques. Certaines applications, comme la modification génétique des embryons humains, nécessitent une interdiction au niveau international.

D’autre part, il est impératif que l’utilisation des technologies d’intelligence artificielle, Big Data et robotique n’accentuent pas des fractures sociales, socio-économiques ou culturelles. Les applications qui pourraient être issues de ces technologies ne doivent pas altérer notre modèle solidaire de protection sociale, mais contribuer à réduire les inégalités et les risques d’exclusion.

Share This