02-07-2014

Appel de l’acquittement du Dr Bonnemaison

Alliance VITA exprime son soulagement

Alliance VITA avait réagi à l’acquittement du docteur Bonnemaison par la cour d’assises de Pau, le 25 juin 2014, en dénonçant un verdict lourd de conséquences pour la confiance entre soignants et soignés à l’hôpital. L’association avait aussitôt demandé qu’il soit fait appel de ce jugement pour qu’une autre cour d’assises puisse décider d’une peine, au moins symbolique, et montrer ainsi que la vie des personnes âgées fragiles doit être respectée par ceux qui les soignent.

C’est pourquoi Alliance VITA salue la décision du parquet général de Pau de faire appel de l’acquittement du Dr Bonnemaison et exprime son soulagement.

Pour Tugdual Derville, délégué général d’Alliance VITA, auteur de La Bataille de l’euthanasie : « C’est un vrai soulagement pour les nombreuses personnes que l’acquittement du docteur Bonnemaison a pu faire douter de notre système de santé. On peut reconnaître la fragilité psychologique d’un médecin sans pour autant fermer les yeux sur ses passages à l’acte solitaires précipitant la mort de 7 patients.

Déjà en 2008, Lydie Debaine, qui avait mis fin aux jours de sa fille polyhandicapée dans un acte de désespoir, avait été acquittée par une première cour d’assises sous les applaudissements. Puis elle a été condamnée à une peine symbolique dans une seconde, après que des associations et personnalités du monde du handicap avaient exprimé leur stupeur et obtenu l’appel du parquet. Une peine de prison avec sursis serait un minimum vital pour aider Nicolas Bonnemaison à comprendre qu’il a gravement dérapé et surtout rassurer tous ceux qui ont l’impression que la digue de l’interdit de tuer s’est effondrée. Je pense aux personnes âgées fragiles : elles ont reçu cet acquittement comme le signe que leur vie n’a plus de prix aux yeux de la société ; je pense également aux soignants, médecins ou infirmiers, qui peuvent être tentés par des passages à l’acte, dans des moments d’épuisement ou des accès de toute-puissance liés à la difficulté de leur métier.

Nous espérons que la tenue du nouveau procès, à plus grande distance géographique de la ville de Bayonne, permettra un examen plus serein de ce qui s’est réellement passé. Au lieu de devenir une tribune orchestrée par les promoteurs de l’euthanasie, ce procès doit prendre en compte la vulnérabilité des personnes âgées malades. Il faut enfin espérer que le nouvel avocat général ne se laissera pas piéger, comme celui de Pau, par la confusion compassionnelle qui pousse à dédouaner le prévenu en négligeant les véritables victimes ».

Alliance VITA anime depuis 2004 le site d’écoute et d’aide SOS Fin de vie. L’association a réalisé une scénographie spectaculaire sur le Parvis des Droits de l’Homme du Trocadéro le mardi 24 juin 2014, veille du verdict, réunissant autour de témoins des centaines de Pierrots portant des slogans : « Non à l’euthanasie des ‘vieux’ ; l’urgence est à la solidarité ».