01-07-2016

Cellules souches : une enquête aux Etats-Unis révèle un immense commerce non approuvé par la FDA


embryon

Le 30 juin 2016, la revue Cell Stem Cell a publié une enquête sur l’utilisation des cellules souches aux Etats-Unis. Elle révèle que 570 cliniques aux Etats-Unis proposent des soins basés sur des cellules souches qui n’ont pas été autorisés par l’Agence américaine des médicaments, la FDA.

Pour 61% des procédures proposées en clinique, les cellules souches sont dérivées de la graisse et pour 48% des cliniques, elles proviennent de la moëlle osseuse.  1% utilise des cellules souches pluripotentes fabriquées en laboratoire à partir de cellules adultes et une clinique propose des cellules souches embryonnaires. Ainsi, des dizaines de milliers d’Américains chaque année sont traités par des cellules souches qui ne possèdent pas d’approbation officielle de la FDA.

Les cliniques concernées sont réparties dans pratiquement tous les états des Etats-Unis. « Ce marché explose devant nos yeux et je ne pense pas qu’on était conscient de son étendue et de sa taille », note Leigh Turner, co-auteur et membre du Centre de bioéthique de l’université de Minnesota. Les sociétés font la promotion de ces traitements, qui restent expérimentaux, pour des blessures orthopédiques, de la moëlle épinière, des troubles neurologiques, pulmonaires ainsi que pour des maladies cardiaques et même pour des interventions cosmétiques.

« Dans quasiment tous les Etats (…) il est possible d’avoir accès localement à ces thérapies, et il n’est plus nécessaire pour les Américains d’aller par exemple au Mexique », a expliqué Paul Knoepfler, chercheur à l’université de Californie et principal co-auteur de cette enquête.  « Cela traduit un changement par rapport au tourisme médical typique en quête de soins avec des cellules souches » observé précédemment, souligne-t-il.

Pour les auteurs de l’enquête,  ce phénomène pourrait avoir un impact négatif : « Il est possible que si des patients rencontrent des effets négatifs à la suite de traitement avec des cellules souches non approuvées, le public perde confiance ».

La FDA précise qu’elle va organiser en septembre deux réunions publiques sur les cellules souches et les tissus humains ainsi que sur les produits et traitements qui en sont dérivés.

Des risques majeurs et confirmés :

Concernant les risques, le New England Journal of Medicine rapportait le 22 juin dernier le cas dramatique d’un malade ayant été attiré par ces promesses de guérison. Agé de 66 ans, il souffrait de séquelles d’un accident vasculaire cérébral ischémique.

En fréquentant diverses cliniques en Chine, en Argentine et au Mexique, il avait reçu des injections dans le liquide céphalo-rachidien de cellules souches sensées provenir d’embryons ou de système nerveux fœtal. Après ces « traitements », étaient apparues progressivement des douleurs lombaires, une paraplégie et une incontinence urinaire. Des examens ont alors montré qu’il avait développé une tumeur « inclassable », issues de ces cellules étrangères injectées.

Dans une tribune du Journal International de Médecine, le Dr Anastasia Roublev précise que ce cas est « venu confirmer les risques majeurs qui peuvent être liés à l’introduction de cellules souches dans l’organisme, risques liés notamment à la prolifération de ces cellules embryonnaires et donc à l’émergence rapide de mutations pouvant favoriser une transformation maligne ».


Facebook_Rejoignez

Twitter_suivez