Prévention de l’IVG : Caroline Roux, invitée de Sud Radio

29/09/2015

Caroline Roux, Déléguée générale adjointe d’Alliance VITA et Coordinatrice du service d’écoute SOS Bébé, était l’invitée, le 28 septembre 2015, de Kevin Michel, dans l’émission “Seul Contre Tous” de Sud Radio, en compagnie de Franck Margain, Conseiller régional d’Ile-de-France et vice-Président du Parti Chrétien Démocrate pour parler de la prévention de l’IVG.

Verbatim extraits de l’émission :

« Organiser une journée de revendications autour du droit à l’avortement rend plus difficile de regarder la réalité de l’avortement en face ».

« Pourquoi est-ce un sujet si difficile : car la vie d’un être humain est en jeu ».

« L’information se dégrade. Les femmes sont mal informées, mal accompagnées. Elle ont souvent des questionnements, parfois douloureux, mais l’information est en sens unique. Il n’y a pas d’informations sur les possibilités de poursuite de la grossesse. C’est une vraie préoccupation pour nous ».

«  Peut-on donner aux femmes plus de chances de ne pas avorter, est-ce qu’on s’en donne les moyens ou s’enferme-t-on dans une seule issue ? »

« 83% des femmes pensent que l’avortement laisse des traces psychologiques. Sondage Ifop »

« Sondage Opinion Way 2013 : 85% des femmes déclarent avoir ressenti une souffrance au moment de leur avortement »

Restez informé de nos dernières actualités

Articles récents

IVG dans la constitution : Alliance VITA déplore le vote du Sénat

IVG dans la constitution : Alliance VITA déplore le vote du Sénat

Le Sénat vient d’adopter la proposition de loi qui visait à introduire un « droit » à l’avortement dans la constitution en modifiant le texte initial pour inscrire dans la constitution la “liberté de la femme” de recourir à l’IVG. Alliance VITA déplore ce vote qui ne rend service ni aux femmes ni à la démocratie.

Note d’analyse – avortement dans la constitution

Note d’analyse – avortement dans la constitution

Constitutionnaliser le droit à l’interruption volontaire de grossesse est une procédure à la fois inutile, aléatoire et risquée (I). A plus forte raison, l’accès à l’avortement n’est pas entravé en France (II) alors même qu’une vraie politique de prévention de l’avortement fait défaut et s’avère plus que jamais nécessaire (III).

Share This