leute

L’année 2016 a marqué une continuité dans l’inversion de tendance sur le plan démographique observée en 2015, avec une baisse des naissances (785 000 naissances, représentant une baisse de 14.000 naissances). L’indicateur de fécondité poursuit sa baisse à 1,93 enfant par femme (contre 1,96 enfant par femme en 2015 et 2 en 2014) ; la France s’installe ainsi sous la barre symbolique des 2 enfants par femme. Pour l’instant, elle reste en tête dans le palmarès européen des naissances, mais pour combien de temps encore ?

Quelles peuvent être les causes de cette baisse démographique ?

Hormis le nombre de femmes en âge d’avoir des enfants en légère baisse ces dernières années (dernières générations de « baby-boomers ») ainsi que la crise économique actuelle, il y a aussi, selon un sondage IFOP commandé par la Manif pour tous, les effets de la politique familiale « la politique familiale de ces dernières années est de nature à conduire les couples à renoncer à une nouvelle naissance ou à la différer ».

La bonne nouvelle de ce bilan démographique, c’est la diminution du nombre de décès en 2016, avec 587.000 morts au lieu de 600.000 en 2015 qui étaient dus notamment à un épisode de canicule et à une épidémie de grippe meurtrière.

Le solde naturel (différence entre les nombres de naissances et de décès) s’élève à 198.000 personnes, au plus bas depuis quarante ans.

L’espérance de vie, en baisse en 2015, repart à la hausse, avec une bonne nouvelle pour les hommes : l’écart entre les sexes se réduit, passant de 7,9 ans en 1996 à 6,1 ans en 2016. Mais cette augmentation de l’espérance de vie est aussi  le signe du vieillissement continu de la population. Les jeunes représentent désormais moins d’un quart de la population française, alors qu’un habitant sur cinq est âgé de plus de 65 ans. Il faut par ailleurs rappeler que la France est le pays européen qui compte le plus de centenaires.

L’Insee considère que le bilan démographique français n’a rien d’alarmant même si la France, comme les autres pays d’Europe, demeure en dessous du taux de renouvellement des générations qui se situe à 2,1. La France compte aujourd’hui près de 67 millions d’habitants et reste le second pays le plus peuplé après l’Allemagne.