À la veille du scrutin des européennes, Alliance VITA communique le bilan de sa campagne « Générations fragiles ».

Alors que le vieillissement de la population et le déclin démographique constituent des défis sociaux et humanitaires communs à tous les pays européens, les Français prennent conscience de l’urgence de favoriser les solidarités entre les générations. La campagne s’est déroulée en 3 étapes :

1/ Un sondage de lancement IFOP pour VITA révèle que les Allemands et, plus encore les Français (78%), considèrent que l’Europe est devenue trop économique et financière et pas assez humaine et sociale. 52% des Français considèrent que la peur de l’avenir est un frein à la natalité.

2/ Une diffusion par 1000 volontaires de 100.000 livrets argumentaires dans 120 villes a été très bien accueillie par le public, avec 10 constats, 10 propositions et une action personnelle pour rapprocher les générations fragiles.

3/ Une enquête de rue a été réalisée par les volontaires dans 120 villes en France.

Sur 3000 personnes ayant répondu aux enquêteurs :

  • 63% déplorent « l’individualisme ou l’égoïsme » comme raison principale de l’exclusion des générations fragiles
  • 41% jugent que les « fractures sociales » sont la plus grande faiblesse de l’Europe
  • 45% estiment prioritaire une « nouvelle solidarité entre les générations »
  • 44% appellent un « changement de regard » sur les plus fragiles et 31% un « mode de vie rapprochant les générations ».

Confortée dans sa demande d’un renouveau de la solidarité vis-à-vis des plus jeunes et des plus âgés, Alliance VITA demande aux élus comme aux citoyens de s’engager à renforcer les solidarités intergénérationnelles. Face à la montée de l’individualisme, il est impératif de redonner aux Français et aux Européens la confiance dans l’avenir et le goût de la vie.