Vers un allongement du congé paternité ?

congé paternité

Une commission d’experts, présidée par le neuropsychiatre Boris Cyrulnik, a remis, le 8 septembre dernier, un rapport concernant les « 1000 premiers jours de l’enfant ».

Ce rapport fait suite à une demande du Président de la République qui avait inscrit la question des deux premières années de l’enfant au cœur de l’action du gouvernement. L’objectif était de décrypter les besoins des enfants dans cette période, d’accompagner au mieux les parents pour répondre de manière adaptée aux besoins de leurs enfants et réduire les inégalités sociales, déterminantes dans la construction de l’enfant et son avenir.

Parmi les mesures proposées : développer un accompagnement à la parentalité, étendre le congé paternité à neuf semaines et mieux soigner la dépression post-partum.

Adrien Taquet, secrétaire d’Etat chargé de l’enfance et des familles, étudiera ce rapport et pourrait introduire certaines propositions dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2021.

Pour Boris Cyrulnik, la présence du père dans les premières semaines est primordiale pour favoriser son investissement éducatif par la suite, cela s’appuie sur des études scientifiques. Paradoxe, alors que le projet de loi bioéthique entend rendre la paternité optionnelle en recourant à la PMA avec donneur pour des femmes sans partenaire masculin. Il insiste aussi sur le fait que les parents doivent être accompagnés et sécurisés dès la grossesse ce qui aura un impact sur le développement intellectuel de l’enfant. Il parle d’une « niche sensorielle » qui sera, selon l’état des parents, sécurisante ou insécurisante pour l’enfant à naître. « Si elle est insécurisante, l’enfant subit une partie du stress maternel, qu’on sait maintenant photographier en neuro-imagerie, et ces enfants-là rentreront en maternelle avec un stock de 200 mots. Alors que quand les parents ont été sécurisés, l’enfant va se développer correctement et entrer en maternelle, à 3 ans, avec un stock de 1 000 mots. Devinez lequel va faire de longues études ? ».
Pas de fatalité, cependant.

Share This