Fin de vie : vigilance accrue après la nomination de la nouvelle Premier ministre

20/05/2022

La nomination d’Elisabeth Borne, le lundi 16 mai, comme Premier ministre pour le second quinquennat du président de la République, confirme la posture d’alerte d’Alliance VITA.

Avant sa réélection, Emmanuel Macron a annoncé qu’il opterait pour une « convention citoyenne » pour trancher le débat sur la fin de vie. Cette annonce a provoqué l’inquiétude d’Alliance VITA qui a détaillé ses 7 réticences dans une note.

Beaucoup de choses sont à faire pour toujours mieux accompagner la fin de vie. Parmi les priorités, une réforme sur les hôpitaux en France et le développement des soins palliatifs. Le président de la Fédération hospitalière de France, s’alarme cette semaine de la fermeture de services d’urgences « dans toutes les régions », et de spécialités en tensions : « L’heure est aux mesures rapides, ambitieuses, fortes et durables. »

A l’approche des élections législatives, Alliance VITA réaffirme la nécessité de maintenir l’interdiction de l’euthanasie et du « suicide assisté » dans toutes les situations :

En réalité, les cas dits « limites » désignent les situations de plus grande vulnérabilité et non pas des cas cliniques insolubles. Ils nécessitent une meilleure organisation et un accompagnement plus intense.

Le Pr Eric Fiat, philosophe et professeur d’éthique médicale, souligne que pour Kant « le mal vient de l’exception » et alerte sur le fait que « prévoir des exceptions à des interdits fondamentaux, c’est courir le risque d’oublier l’ampleur de la transgression en jeu. » Emmanuel Kant a laïcisé la conception ontologique de la dignité dans les Fondements de la métaphysique des mœurs : « Les choses ont un prix, mais l’Homme a une dignité, laquelle est sans degrés ni parties ». La dignité ne nous vient plus de notre ressemblance avec Dieu, mais de la présence en nous de la même loi morale, source d’émerveillement.

Cette conception ontologique de la dignité se différencie d’une conception « posturale » qui pourrait avoir comme synonyme la « décence » et comme antonyme le « laisser-aller ». Si on ne peut perdre sa dignité, on peut en perdre le sentiment. Lorsque la dignité n’est pas reconnue par les autres, le sentiment de dignité est anéanti : il y a des conduites et des conditions indignes de la dignité de l’Homme. Alors que les soignants, s’efforcent d’assurer aux mourants les conditions les plus dignes possible de leur dignité, une réforme de la loi sur la fin de vie fait craindre que le sens postural de la dignité ne prenne le pas sur l’ontologique.

La stigmatisation de certaines maladies –  comme la maladie de Charcot – est dangereuse.

Le fait de rendre une maladie « éligible à l’euthanasie » est une violence supplémentaire qui s’ajoute à la violence du diagnostic d’une maladie incurable. Dans son livre récent, L’impasse de l’euthanasie, Henri de Soos souligne que quand un pays change de législation, la loi possède un caractère normatif qui contribue à changer les mentalités, puis les comportements des citoyens : « Les partisans de l’euthanasie, dans leur approche individualiste d’une nouvelle liberté à conquérir, refusent de prendre en compte ce caractère normatif de la loi. Ils affirment ne vouloir répondre qu’à des cas exceptionnels de souffrances insupportables, et ne veulent surtout pas voir les conséquences sur l’ensemble du corps social. »

Ainsi en votant en 1981 la suppression de la peine de mort, le Parlement français a indiqué à l’ensemble de la nation que le droit à la vie est « le premier des droits de l’Homme », et que « personne ne peut disposer de la vie d’autrui » – ce que rappelait avec force en 2008 Robert Badinter et qui l’a amené à prendre logiquement position contre la légalisation de l’euthanasie, même sous forme « d’exception ».

Les nombreuses dérives dans les pays qui ont légalisé l’euthanasie révèlent que ce qui devait rester un acte exceptionnel tend à se banaliser progressivement : dans tous les pays concernés, le nombre officiel d’euthanasies ou de suicides assistés augmente année après année.

Henri de Soos rappelle aussi que l’euthanasie est une exception à la règle universelle de l’interdit de tuer : « au total, seuls une dizaine de pays ont à ce jour voté démocratiquement et mis en œuvre des lois réellement applicables, et souvent de façon partielle dans les pays à structure fédérale. Ils ne représentent qu’environ 5 % des 195 États reconnus par l’ONU, et certainement beaucoup moins en pourcentage de la population mondiale. Très minoritaires, ils constituent davantage une « exception à la règle » que l’anticipation d’une nouvelle règle universelle.»

Alliance VITA réaffirme que « la ligne rouge à ne pas franchir pour que l’on puisse vivre en société, c’est l’interdit de tuer ». C’est déjà ce sur quoi elle avait insisté lors de son audition par le groupe Fin de vie du Comité Consultatif National d’Ethique en octobre dernier. Son rapport tarde et semble diviser : ses conclusions pourraient être rendues avant l’été.

Au-delà des enjeux médicaux, l’enjeu est culturel et concerne tous les citoyens : l’interdit de tuer, fondateur de la confiance entre soignants et soignés, est moteur de la créativité nécessaire pour encourager la recherche et améliorer l’accompagnement des personnes fragiles.

Restez informé de nos dernières actualités

Share This