17-10-2016

Tous responsables politiques !



Discours de Tugdual Derville. 

16 octobre 2016. Podium de La Manif Pour Tous – Parvis des Droits de l’Homme – Trocadéro.

Chers amis,

Quatre ans ! Quatre ans de fidélité paisible et tenace à nos convictions, au service de l’enfant et de la famille… et qui sont plus que jamais d’actualité.

Alors que tant de paroles éphémères, qu’on dit « politiques » s’envolent comme des feuilles d’automne dans les vents superficiels, nous avons tenu ! Vous avez tenu !

Tous les observateurs honnêtes – qu’ils soient ou non en accord avec ce qui nous porte à agir – le reconnaissent : notre immense mouvement social a déjà changé la donne. Il a déjà porté, chez amis, un coup d’arrêt aux visées des déconstructeurs qui, depuis des années, avançaient pas à pas, jusqu’à « atomiser » la société.

Faut-il rappeler ce que cachait la conquête du mot mariage qu’ils ont prétendu offrir aux personnes de même sexe ? A l’image d’un Jacques Derrida qui se prononçait, dès 2004, pour le simulacre du mariage de Bègles, tout en prônant l’abolition du mariage, nous avons  aujourd’hui l’avocate Caroline Mécary qui a révélé la stratégie du Cheval de Troie (je la cite) : « Pour pouvoir abolir le mariage, il faut d’abord que tout le monde puisse en bénéficier ».

Notre mouvement social est aussi et surtout une promesse ! Promesse de construction d’une société fondée non plus sur les désirs tyranniques, mais sur l’altruisme, le souci et le respect du plus fragile. Cette société, nous la construisons, vous la construisez déjà ! Elle est fondée sur trois murs porteurs de l’anthropologie du don, les murs porteurs de l’écologie humaine.

–  D’abord la maternité : cette gestation corporelle que nous voulons préserver, pour les générations futures, contre son éclatement, sa marchandisation, son effacement, celui que veulent organiser les transhumanistes.

–  Ensuite l’altérité sexuelle : cette parité originelle homme-femme à la source de tout engendrement, alors que les déconstructeurs entendent multiplier les prétendus « parents sociaux » ; alors que les scientistes commencent déjà à fabriquer des embryons OGM et désormais des bébés « à trois parents »…

–   Et enfin, la famille, cet écosystème durable fondé sur – n’ayons pas peur des mots – l’amour, intégré à la fidélité sexuelle et à l’engagement. Cette famille, chers amis, c’est elle qui fonde la fraternité. C’est elle la toute première structure « politique », source de toute autorité légitime, amortisseur de crise, valeur refuge du début à la fin de la vie, où l’on apprend la liberté, l’égalité et la fraternité véritables.

A l’heure, chers amis, où notre société doute sur son identité, sur ses racines, sur ses perspectives, nous plaidons tout simplement, non pas pour un homme hors-sol, à la merci des désirs des forts, mais pour des hommes enracinés, reliés, assumant leur interdépendance et leur vulnérabilité, et respectant les limites propres à la nature humaine.

Aux gouvernants d’aujourd’hui et de demain, nous disons : il n’y a pas de politique digne de ce nom sans conception ajustée de l’homme, sans respect des fondamentaux de l’écologie humaine.

À vous tous, mes amis, ceux qui sont présents comme ceux qui n’ont pu l’être, je voudrais adresser un appel solennel ! Je voudrais nous mettre en garde contre la tentation d’attendre les bras ballants un leader providentiel. Avec tout le respect et la gratitude que nous devons aux élus qui nous ont accompagnés et soutenus durant ces années, et que je salue, je voudrais dire que :

–  Nous sommes tous des responsables politiques, agissant à proximité pour la justice !

–  Nous sommes tous des travailleurs sociaux, agissant autour de nous auprès des plus fragiles.

–  Nous sommes tous des entrepreneurs de l’humanitaire prenant des initiatives pour soulager, consoler, soutenir nos concitoyens en difficulté.

Ceux qui ont tout fait dès 2012 pour minimiser et éteindre notre mouvement social, ceux qui ont tout fait pour prédire son extinction, ne le voient pas. Ils ne peuvent pas voir ce qui continue de foisonner dans l’humus de notre société !

Face à la pensée dominante, au vide totalitaire qui ne souffre pas la contestation, nous sommes là, INDERACINABLES. À l’image du dissident tchécoslovaque Vaclav Benda, nous occupons tous les espaces laissés vacants par le pouvoir en place, ces lieux délaissés où il est défaillant, impuissant, en échec, pour y instaurer ce que son ami Vaclav Havel appelait : LA VIE DANS LA VERITE.

Voilà notre programme politique pour 2017 !

Voilà ce que nous allons défendre et instaurer ensemble sans faiblir, sans attendre, et en comptant sur de nombreux élus pour nous épauler !

Je vous remercie !

Tugdual Derville