“Ségur de la santé” : ne pas passer à côté des véritables enjeux

Le Gouvernement a annoncé, le 25 mai dernier, un « Ségur de la santé » dont l’objectif est de délivrer plusieurs enveloppes financières dans le secteur hospitalier et de réorganiser le temps de travail des soignants et la gestion des hôpitaux ainsi que leur désendettement.

Les négociations se dérouleront jusqu’en juillet. Plusieurs mesures avaient déjà été annoncées pour ce secteur en grande difficulté quelques mois auparavant.

Environ 300 personnes se réuniront, notamment des représentants d’EHPAD, d’hôpitaux, des médecins de ville et d’autres établissements médicaux sociaux.

Le premier ministre a ajouté « Une partie de ce programme doit être dédiée aux investissements au niveau des territoires, pour accélérer les coopérations entre la ville, l’hôpital, le médico-social et entre le public et le privé ».

Le personnel soignant a été en première ligne face à la crise du coronavirus. Les soignants sont confrontés à une activité extrêmement intense avec un salaire peu adapté, depuis plusieurs années, bien avant la pandémie.

Plusieurs initiatives solidaires ont fleuri durant cette crise afin de leur venir en aide, comme par exemple mettre à disposition son logement pour des soignants, participer à la préparation de leurs repas, à la garde de leurs enfants, faire leurs courses, etc.

Les problèmes de notre système de santé sont bien antérieurs à la crise sanitaire du coronavirus qui n’a fait que les mettre en exergue. L’enjeu est de traiter les problèmes en profondeur, à la racine, pour décider des orientations budgétaires appropriées. Il est en effet essentiel d’aborder tous les sujets-clés, notamment celui du vieillissement de la population. Un atout : la pandémie a montré l’attachement des citoyens français à leurs aînés confinés et isolés dans des établissements loin de leurs proches.

id, Aenean Sed pulvinar elit. Praesent et,
Share This