Dossier

Mort et Deuil

Mort et deuil : quelle place donner à la mort ?

Notre société donne à la mort une place paradoxalle. Dans les films, les jeux vidéo, l’imaginaire culturel et fictif : la mort est omniprésente.

Et pourtant dans les rites funéraires aujourd’hui, sa réalité est réduite à la portion congrue : on ne veille plus les corps, l’incinération est souvent privilégiée à l’inhumation, les proches sont moins présents autour du défunt. On privilégie également l’emploi de verbes considérés comme plus doux : « partir », « quitter » pour évoquer le décès comme une sorte d’endormissement indolore.

Par ailleurs, pour les partisans d’une “mort provoquée” la mort est le dernier instant de décision de la vie, l’occasion d’exercer une maîtrise toujours plus grande. Ainsi, les tenants de la mort provoquée parlent souvent d’une loi « de liberté » ou encore « du libre choix » lorsqu’ils évoquent la légalisation de l’euthanasie et du suicide assisté. 

Ni provoquer, ni masquer. La mort fait partie de la vie

Les confinements en période de Covid, en rendant impossibles les rites funéraires, ont mis en lumière à quel point il est important d’honorer le défunt à travers ces rites pour que les proches puissent faire leur deuil. Les confinements ont ainsi montré l’importance des relations humaines dans l’accompagnement du mourant et dans le deuil.

Si les rites funéraires permettent de voir la mort en face, il est essentiel également de pouvoir mettre des mots sur ce drame intime et de prendre le temps de faire son deuil.

Donner sa juste place à la mort nous rend plus humains car la mort fait partie intégrante de la vie. A l’heure où certains voudraient médicaliser et provoquer la mort, Alliance VITA appelle à ne pas la masquer ni la provoquer mais bien à la regarder en face et à en parler.

Tout le monde est digne, même dans la maladie, même dans la mort. Vivre et mourir dignement, cela passe par la réponse aux vraies demandes des Français : pouvoir être soignés et soulagés, pas être euthanasiés. 

Un service d’écoute pour le deuil : SOS Fin de vie

Alliance VITA, grâce à son service d’écoute SOS Fin de vie, écoute et accompagne les personnes touchées par la mort, le deuil, ou une fin de vie difficile.

SOS Fin de vie a pour mission d’apporter une écoute et un soutien aux personnes malades ou en fin de vie, à leurs proches ainsi qu’aux soignants confrontés à des situations difficiles sur ces sujets.

Sans se substituer aux équipes soignantes ni aux familles, mais dans un esprit de dialogue bienveillant et respectueux de chacune des situations confiées, SOS Fin de vie peut être conduit à donner des éclairages, favoriser le dialogue ou orienter vers des solutions adaptées.

Retrouvez nos articles sur la mort et le deuil

bioéthique : un « charnier » au sein de l’université paris-descartes

Bioéthique : un « charnier » au sein de l’Université Paris-Descartes

cassation : préjudice reconnu pour un enfant à naître privé de père accidentellement

Cassation : préjudice reconnu pour un enfant à naître privé de père accidentellement

directives anticipées : présentation du nouveau guide

Directives Anticipées : présentation du nouveau Guide

Enquête de rue – Qu’aimeriez-vous faire avant de mourir ?

coma artificiel : elle se réveille et raconte ce qu’elle a entendu

Coma artificiel : elle se réveille et raconte ce qu’elle a entendu

fausse-couche : la fin d’un tabou ?

Fausse-couche : la fin d’un tabou ?

etude fin de vie : des pistes pour réduire la mort à l’hôpital

Etude fin de vie : des pistes pour réduire la mort à l’hôpital

soins funéraires de thanatopraxie, vers une interdiction à domicile ?

Soins funéraires de thanatopraxie, vers une interdiction à domicile ?

Interdiction de la thanatopraxie à domicile : les rites funéraires menacés

Mourir chez soi : un souhait majoritaire mais une situation peu fréquente

Action VITA “Parlons la mort”

Le congé pour deuil allongé

4 façons de nous soutenir

We promise we don’t send spam