16-06-2011

Loi de bioéthique : toujours moins éthique

COMMUNIQUE DE PRESSE. 16 juin 2011 : VITA réagit au texte de la nouvelle loi de bioéthique

 

Alliance VITA : le nouveau nom de l’Alliance pour les Droits de la Vie

 

Bien que la nouvelle loi de bioéthique évite de graves dérives, les droits de l’enfant et l’éthique en ressortent amoindris.

 

Dans son ensemble, même si le symbole de l’interdiction concernant la recherche sur l’embryon est maintenu, et si les conditions d’accès à l’assistance médicale à la procréation (AMP) sont bien réservées à l’infertilité médicale, ce texte aggrave des atteintes à la dignité humaine. Il est en contradiction avec ce que devrait être une véritable bioéthique, protectrice de la vie humaine dès son commencement.

 

En effet :

– Les alertes concernant une nouvelle forme d’eugénisme lors du dépistage prénatal n’ont pas été réellement prises en compte ; l’Alliance regrette vivement que le texte ne contienne pas d’amélioration en termes de politique d’annonce du handicap, d’accueil des nouveau-nés handicapés et de communication sur la place que peuvent prendre les personnes handicapées dans la société.

– Les demandes de lever l’anonymat du don de gamète, pour les enfants nés de l’assistance médicale à la procréation avec donneur, ont été rejetées de manière injuste pour ceux que l’on prive délibérément de leurs origines biologiques.

– Les dérogations au principe fondateur de l’interdiction de recherche sur l’embryon humain, élargies et sans limite de temps, ne respectent pas le principe de la dignité humaine qui doit s’appliquer dès le commencement de la vie.

 

Pour le docteur Xavier Mirabel, président de l’Alliance pour les Droits de la Vie : « Le maintien de l’interdiction de recherche sur l’embryon humain représente cependant un symbole fort pour éviter que ce dernier se trouve totalement transformé en matériau de laboratoire». Concernant AMP, « dans l’intérêt de l’enfant, il est capital de réserver son accès aux couples formés d’un homme et d’une femme» poursuit-il. L’Alliance a recueilli près de 35 000 signatures en réponse à son appel pour la protection des droits de l’enfant, lancé à l’issue du vote du Sénat en première lecture, contre l’accès des femmes homosexuelles à l’AMP.

 

Engagée dans l’écoute et l’accompagnement des souffrances humaines que sont l’infertilité, le handicap, la maladie, l’Alliance pour les Droits de la Vie est favorable à tout ce qui contribue à soigner, guérir et soulager. Le respect de la vie et de la dignité de tout être humain constitue un critère essentiel des choix éthiques de notre société.