26-09-2014

GPA : Renoncement de la France à résister au marché de la procréation.

En décidant de ne pas faire appel de la décision de la CEDH, qui enjoint la France d’inscrire à l’état civil des enfants « importés » par des adultes après avoir été conçus par la pratique de la GPA interdite par nos lois de bioéthique, le gouvernement dans la ligne de la circulaire Taubira envoie un signal incitatif à toutes les personnes qui se permettent de contourner nos lois à l’étranger.

Pour Tugdual Derville, Délégué général d’Alliance VITA et porte-parole de la Manif pour tous :

« Cet abandon de la ligne française conforme à notre tradition de non marchandisation du corps est d’autant plus choquante que de très nombreuses voix, à gauche comme à droite, ont mis en garde le gouvernement contre le glissement éthique qui est en train de s’opérer.

Derrière la GPA et sa technique du fait accompli, c’est la famille en tant qu’écosystème de base de tout être humain qui se trouve bouleversée. Rappelons que la GPA organise l’éclatement de la maternité en 2 voire 3 femmes : génitrice, gestatrice et éducatrice.

  • Nous demandons que la GPA soit reconnue comme une maltraitance originelle faite à l’enfant de façon universelle. 
  • Nous demandons également la pénalisation de toute pratique de GPA par des citoyens français à l’étranger. 

En son temps, la France avait su peser contre une prohibition mondiale du clonage avec succès. Aujourd’hui la France abandonne sa spécificité éthique en cautionnant un marché ultralibéral de la procréation, utilisant les femmes comme des machines et les enfants comme des objets de contrat.

En renonçant à résister à la GPA, comme à l’instrumentalisation de la PMA, le gouvernement laisse se développer un marché mondialisé de la procréation sans limite.

C’est pourquoi nous invitons toutes les personnes qui découvrent aujourd’hui les réelles conséquences de la loi Taubira que le gouvernement a souhaité dissimuler, à nous rejoindre en nombre le 5 octobre prochain à Bordeaux et Paris. L’enjeu anthropologique est monumental au-delà même de la PMA et la GPA : c’est le statut des bébés de demain qui est en question : objet ou personne ? »