Henri de Soos, Secrétaire général d’Alliance VITA, était l’invité de KTO le 29 septembre 2015,  pour expliquer l’importance de se mobiliser le 3 octobre devant les préfectures des 13 nouvelles régions de France, en faveur des soins palliatifs et à la veille de l’examen en 2e  lecture de la loi Fin de vie à l’Assemblée nationale.

Verbatim extraits de l’émission :

« Cette loi fin de vie est inutile et dangereuse« (…). Le texte est flou et ambiguë.

« Pour la sédation, il s’agit d’endormir quelqu’un, mais avec quelle intention, avec quelle méthode ? (…) Quelques jours après l’annonce de l’affaire Bonnemaison en août 2011 (ce médecin de l’hôpital de Bayonne accusé d’avoir euthanasié une dizaine de patients en fin de vie), nous avons reçu dans notre service d’écoute SOS fin de vie le témoignage suivant : « Je suis suivi pour un cancer à l’hôpital et suis très inquiet de la tournure que prennent les événements… Les médecins sont là pour nous soigner et certainement pas pour nous donner la mort. Tout ceci me préoccupe au plus au point. J’ai rencontré aujourd’hui une personne âgée qui refuse d’être hospitalisée de peur qu’on ne la fasse mourir à son insu. En résumé, je n’accorde plus ma confiance au personnel hospitalier, surtout après ce que nous venons de voir à Bayonne… »

« Au sein du collectif  Soulager mais pas tuer, nous sommes scandalisés de ce qui se passe en France depuis trois ans. Le président Hollande s’est engagé en juillet 2012 devant toute la France à mener un grand plan de soins palliatifs. (..) Marisol Touraine l’a redit devant l’Assemblée nationale au mois de mars 2015, puis au Sénat en juin. Mais toujours rien. (..) Nous demandons des actes, assez de paroles« .

 » Sur les soins palliatifs : des choix politiques ne sont pas faits. Nous voulons des actes ! RDV le 3 octobre : samedi nous allons dire devant les préfectures des 13 nouvelles régions de France que nous voulons des actes, et que nous suivrons région par région comment les choses vont se développer« .