Dans cette vidéo, Tugdual Derville décrypte pour nous les espoirs et enjeux suscités par une nouvelle technique : la méthode du CRISPR-Cas9.

Grâce à elle, il est aujourd’hui possible de remplacer, enlever, ajouter un gène dans l’ADN d’une cellule. Il s’agit d’une manipulation génétique simple et peu coûteuse, réalisable sur tous types de cellules végétales, animales ou humaines. Cette technique est très prometteuse sur le plan de la thérapie génique, elle pourrait permettre un extraordinaire bond en avant dans l’histoire de la médecine. Ces techniques progressent de manière vertigineuse.

Mais comme souvent dans le cas des grandes découvertes, se profile pour l’avenir le pire et le meilleur.

Et là, nous sommes face à une ligne rouge qu’il ne faut pas franchir : cette technique peut s’appliquer sur le génome de l’embryon humain et sur les cellules germinales. Ces progrès rapides de la génétique ouvrent désormais devant nous la voie à la création de « bébés sur mesure», avec de réels risques de dérives eugéniques et scientistes. Une équipe de scientifiques chinois a déjà opéré cette transgression éthique majeure dans son laboratoire et une scientifique anglaise vient également d’en demander l’autorisation.

Modifier le génome d’un embryon impliquerait aussi sa descendance, et à terme une grande partie de l’Humanité. Cette question n’est donc pas réservée aux scientifiques, elle nous concerne tous.

Nous avions relayé l’appel à un moratoire réalisé par des scientifiques en avril dernier. Aujourd’hui, un panel de l’UNESCO composé de scientifiques, de philosophes, de juristes et de ministres a également appelé à une interdiction temporaire de « l’ingénierie » génétique de la lignée germinale humaine, appelant à un débat public plus large sur les modifications génétiques de l’ADN humain.

 

Tugdual Derville se fait à nouveau l’écho de cette alerte. « Il s’agit d’une véritable révolution dans nos questionnements bioéthiques. J’en appelle à de grands débats sur le sujet et serai attentif dans les mois à venir à prendre part à ces enjeux majeurs ».