[CP] PJL Bioéthique : Alliance VITA dénonce l’entêtement indécent du gouvernement

PJL bioéthique

 

Apprenant le retour du débat bioéthique au Sénat dès le 19 janvier en Commission spéciale, Alliance VITA dénonce l’indécente précipitation que le Président de la République et son Premier ministre entendent imposer aux Sénateurs.

Alors que les Français sont confrontés à une crise multiforme sans précédent, l’exécutif fait preuve d’un entêtement indécent vis-à-vis de la Nation et d’irresponsabilité, vis-à-vis des générations futures.

Alliance VITA constate, au travers de ses services d’écoute, combien les Français ont besoin pour 2021 de repères solides et stables. La crise sanitaire a changé la donne et nous devons en tenir compte : elle nous a fait prendre conscience que l’humanité est fragile, qu’elle est à protéger en même temps que la nature.

Face à des situations de vulnérabilité et de précarité, l’urgence est à une solidarité accrue pour les plus fragiles, et à la lutte contre l’individualisme et l’isolement qui en découle. Ce n’est pas le moment de casser les repères les plus propres à accompagner les enfants : la parité homme-femme dans l’engendrement. Comment, par ailleurs, des députés ont-ils pu voter cet été en faveur d’avortements de fœtus en pleine santé jusqu’à la naissance, au lieu de s’engager à une solidarité renforcée vis-à-vis des femmes enceintes en situation de détresse psychosociale ?

Il ne faut pas se leurrer : cette PMA prétendument « pour toutes » consacrerait un « droit à l’enfant » – et à l’enfant zéro défaut – au détriment des droits de l’enfant. Une procréation toujours plus artificielle est en contradiction avec la nécessité d’une écologie humaine. Il en est de même du surcroît d’eugénisme, qui va jusqu’à autoriser, non seulement le tri génétique des embryons humains, mais aussi la création d’embryons chimères humain-animal et d’embryons humains génétiquement modifiés.

La politique de société inclusive, que le gouvernement prétend développer en faveur des personnes en situation de handicap, ne peut coexister avec un eugénisme procréatif.

Pour Alliance VITA,

« L’écologie, que ce gouvernement annonce comme prioritaire, est indissociable de la protection de l’intégrité humaine. Ce texte passe à côté de trois grandes urgences, qui devraient être trois grandes causes nationales : la véritable lutte contre l’infertilité, l’arrêt de l’engrenage eugéniste, le respect de l’intégrité de l’espèce humaine. Nous demandons aux sénateurs, maintenant en première ligne sur ces enjeux, de défendre les droits des plus fragiles pour protéger les générations futures. Nous appelons le gouvernement à retirer ce projet de loi. »

id risus sit facilisis ante. dapibus commodo ipsum quis Curabitur eleifend consequat.
Share This