Fin de vie – Dépendance

Écouter et accompagner les personnes malades ou en fin de vie, leurs proches ainsi que les personnes endeuillées, telle est la mission d’Alliance VITA avec son service d’aide SOS Fin de vie.

En 2023, comme à chaque fois que le débat sur la fin de vie est relancé, l’association a reçu davantage d’appels de personnes en souffrance psychique, sans pathologie somatique, qui demandent une solution rapide… pour en finir.

 

Le débat sur la fin de vie

Le débat sur la fin de vie existe depuis des décennies et les pressions s’intensifient pour faire évoluer le cadre législatif vers la légalisation de l’euthanasie et du suicide assisté.

A la suite du revirement en septembre 2022 du Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE) pour une « aide active à mourir » mêlant suicide assisté et euthanasie, une Convention citoyenne sur la fin de vie a été lancée. Animée par le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE), elle a réuni 185 citoyens de décembre 2022 à avril 2023 et s’est prononcée en faveur du suicide assisté et de l’euthanasie mais sans unanimité ni accord sur les modalités concrètes.

Au lendemain de la clôture de la Convention, Emmanuel Macron annonçait un projet de loi sur la fin de vie d’ici la fin de l’année 2023. 

En décembre 2023, un avant-projet dévoilé dans les médias, dissimule la légalisation du suicide assisté et l’euthanasie derrière l’expression “aide à mourir” et va même jusqu’à parler d’un “secourisme à l’envers” pour hâter le décès. 

Le texte qui devrait être présenté en Conseil des ministres en 2024 ne reprendra peut-être pas toutes les options envisagées dans cet avant-projet mais l’autorisation d’une « aide à mourir » reste aussi inutile que dangereuse. Personne ne peut ignorer les dérives inhérentes à la levée de l’interdit de tuer. Les expériences à l’étranger montrent que les promesses d’encadrement par des critères stricts sont toujours progressivement oubliées pour une pratique toujours plus étendue. Forcer le suicide assisté et l’euthanasie quand notre société est fracturée, avec un système de santé en sévère crise, est irresponsable.

Non à l’euthanasie et au suicide assisté. Oui aux soins palliatifs.

Aucun citoyen n’est indigne de vivre ni d’être soigné. Les personnes les plus éprouvées doivent être les plus soutenues et doivent être accompagnées dignement jusqu’au terme de leur vie.

En fin de vie, les Français souhaitent que soient soulagées leurs souffrances physiques et psychiques et être entourés de leurs proches. Améliorer le cadre actuel de la fin de vie passe par une meilleure information sur les dispositifs en vigueur et par l’application de la loi Claeys Leonetti de 2016 certainement pas par la légalisation de l’euthanasie et du suicide assisté.  

Alliance VITA défend une société qui mise sur la solidarité intergénérationnelle et l’interdépendance plutôt que sur la toute-puissance de l’autonomie et l’individualisme. Elle réaffirme son refus de l’euthanasie et du suicide assisté comme de l’acharnement thérapeutique et demande :

  • la finalisation d’une loi Grand âge et autonomie,
  • la garantie d’accès aux soins palliatifs spartout en France,
  • le renforcement de la lutte contre le suicide et les idées suicidaires,
  • lutter contre la mort sociale des personnes âgées,
  • la réparation des défaillances du système de santé.

Nos Dossiers sur la fin de vie et la dépendance

Dossier

Grand Âge

Dossier

Soins palliatifs

Dossier

Suicide assisté – Euthanasie

Dossier

Handicap

Dossier

Mort et deuil

Dossier

Législation en France

Dossier

Aidant et accompagnement

Dossier

Prévention du suicide

Dossier

Fin de vie à l’étranger

Retrouvez nos articles sur la fin de vie et la dépendance

rappel à la loi au québec face à la forte hausse des euthanasies

Rappel à la loi au Québec face à la forte hausse des euthanasies

le fiasco choquant d’une euthanasie en belgique

Le fiasco choquant d’une euthanasie en Belgique

3 questions au pr ducrocq sur les défis de la sla

3 questions au Pr Ducrocq sur les défis de la SLA

prévention du suicide : le dispositif vigilans mesure son efficacité

Prévention du suicide : le dispositif VigilanS mesure son efficacité

maladies neurodégénératives : alerte sur la situation des aidants

Maladies neurodégénératives : alerte sur la situation des aidants

l’aide médicale à mourir (amm), l’euthanasie au canada, source d’économies ?

L’aide médicale à mourir (AMM), l’euthanasie au Canada, source d’économies ?

aide médicale à mourir canada (amm) : analyse des coûts

Aide médicale à mourir Canada (AMM) : analyse des coûts

une étude sur le dispositif canadien d’euthanasie alerte sur ses impasses

Une étude sur le dispositif canadien d’euthanasie alerte sur ses impasses

consentir au réel – jeanne bertin hugault

Consentir au réel – Jeanne Bertin Hugault

grand témoin – axelle huber

Grand témoin – Axelle Huber

apprendre à vivre en mortel – grand témoin

Apprendre à vivre en mortel – Grand témoin

panser la fin de vie – tugdual derville

Panser la fin de vie – Tugdual Derville

Chiffres-clé

Personnes âgées de + de 85 ans en 2022*

Personnes âgées pratiquement en situation de mort sociale**

Ainés isolés **

%

Des suicides concernent les personnes âgées de 75 ou plus ***

sfv fond blanc

Écouter et accompagner les personnes touchées par la fin de vie, la dépendance ou le deuil avec SOS Fin de vie.

Le service SOS Fin de vie a été lancé en 2004 après la grande canicule de 2003 qui a causé le décès de 15 000 personnes âgées en France. Il a pour mission d’apporter une écoute et un soutien aux personnes malades ou en fin de vie, à leurs proches ainsi qu’aux soignants confrontés à des situations difficiles sur ces sujets. Sans se substituer aux équipes soignantes ni aux familles, mais dans un esprit de dialogue bienveillant et respectueux de chacune des situations confiées, SOS Fin de vie peut être conduit à donner des éclairages, favoriser le dialogue ou orienter vers des solutions adaptées.

www.sosfindevie.org

Agir et se mobiliser avec d’autres.

Alliance VITA est partie prenante du collectif inter-associatif Soulager mais pas tuer. Créé en 2014, il regroupe des organisations de soignants, de personnes fragilisées par la maladie ou la dépendance et des citoyens, en France principalement, mais aussi en Belgique.

Tous ont en commun la volonté de mettre en garde contre l’euthanasie et le suicide assisté avec comme maître mot : soulager, mais pas tuer.

Soulager mais pas tuer s’est fait connaître en France à partir de 2014 au moment des débats sur la fin de vie pour alerter les Français sur le risque d’un basculement vers la mort administrée.

www.soulagermaispastuer.org

soulagermaispastuer negatif

« Mon papa est hospitalisé en réanimation dans le coma, les médecins commencent à nous parler d’éventuel arrêt des soins et nous ne comprenons pas pourquoi, ni comment. Le sujet n’est pas encore officialisé mais nous sentons qu’ils vont nous parler prochainement.

Comment savoir si c’est la bonne décision et le bon moment [sachant qu’elle ne semble basée sur aucun fait concret ou scientifique] ? »

Message reçu du service SOS Fin de vie

4 manières de nous soutenir