Dossier

Recherche sur l’embryon

Recherche sur l’embryon : analyses et perspectives

Depuis 1994, la Fécondation In Vitro a entraîné la constitution d’un nombre important et croissant d’embryons congelés. Ces embryons dits « surnuméraires » suscitent la convoitise des chercheurs. Lorsque ces embryons humains ne font plus partie d’un projet parental, ils sont alors considérés comme des matériaux de recherche précieux mais dont l’utilisation conduira à leur destruction.

Alertes éthiques

La recherche sur l’embryon pose en elle-même de graves questions éthiques, traitant l’embryon humain comme un matériau de recherche et un cobaye.

Certaines expérimentations doivent par ailleurs être dénoncés et interdites :

  • La création d’embryons chimères homme-animal (à partir notamment de cellules souches embryonnaires humaines) en vue de « cultiver » des organes humains à l’intérieur d’animaux et d’obtenir des greffons, par exemple.
  • La modification génétique d’embryons humains avec l’utilisation de techniques de type CRISPR-Cas9, qui ouvre la possibilité de donner naissances à des bébés génétiquement modifiés.

 Ces expérimentations incitent à de nouvelles transgressions éthiques, telles que celle de créer des embryons humains spécifiquement pour la recherche, ou d’allonger le délais légal d’utilisation des embryons fixé aujourd’hui en France à 6 jours de développement.

embryons surnuméraires sont congelés*

%

des embryons congelés sont sans projet parental*

* Chiffre de l’Agence de la Biomedecine  dec. 2015

Recommandation VITA

Rétablir un régime d’interdiction protégeant l’embryon humain (et ses cellules souches) de toute recherche provoquant sa destruction.

Nos dossiers bioéthique

Pour aller plus loin, parcourez nos dossiers thématiques :

Toutes les Actualités

4 façons de nous soutenir

Abonnez-vous à la newsletter

En vous inscrivant, vous recevrez nos newsletters ainsi que nos appels à mobilisation et à dons.

Conformément à la Loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux données, d'opposition, de suppression, de limitation en nous contactant via l’adresse suivante : courrier@alliancevita.org.

Plus d’informations concernant la protection de vos données personnelles sur la page  Charte de Confidentialité et Cookies. Alliance VITA s'engage à ne pas partager votre adresse e-mail avec des tiers.